MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10 mai 2017

Loup, fais moi peur!

A chaque élection la France joue à se faire peur. Dès le premier tour, elle place ses urnes sur le fil du rasoir, elle se donne la chair de poule en agitant l’épouvantail du Front National. L’essentiel est qu’à force de regarder dans le puits, elle ne finisse par y tomber.

Une fois encore j’ai repensé à cette phrase prononcée par François Mitterrand à propos de ses adversaires virulents :

-« La France ne les aime pas, la France les supporte ! »

Cette phrase s’applique si bien aux Le Pen.

C’est si bon de rester dans notre République ample et généreuse avec ses valeurs comme avec ses travers. Nous l’aimons. Nous ne voulons pas la perdre.

Dimanche soir c’est presque instinctivement que nous nous sommes pincés lorsque ce jeune homme de trente neuf ans au physique d’adolescent est apparu d’un pas assuré et solennel, car c’était presque un rêve.

A ma connaissance, jamais au cours de l’Histoire on ne voit une ascension si fulgurante, si inattendue, si surprenante. Toutes les prévisions, de la plus condescendante à la plus méprisante ont été déjouées. Tout le monde s’est trompé sauf, (et c’est rassurant pour la démocratie) les électeurs.

Il y a dans ce pays un instinct républicain, une sorte de flair infaillible qui me rend optimiste et joyeux. Après les mensonges de Sarkozy, l’irrésolution de Hollande, ils ont choisi le coup de poing qui renverse la table. De la bulle Macron qui suscitait tant de sourires ils ont fait une véritable bombe qui a explosé au nez des vieilles barbes.

Si ce n’est pas une révolution, c’est un chambardement. Et il y a quelque chose de pathétique que de voir sortir des ruines des partis effondrés, ces sortes de fantômes qui s’essoufflent à courir derrière l’homme qui marche.

Où nous mène cet homme ? Son regard est celui de l’aigle. Son langage direct nous change des phrases convenues, du vocabulaire lénifiant ! Manifestement il n’est pas comme les autres.

Et puisqu’il nous a délivrés de la haine, si nous faisions encore un bout de chemin avec lui! Cela ne nous empêchera pas d’être méfiants et de trembler. Que son audace nous fasse peur, mais cette fois dans le bon sens !

 

Loup, fais moi peur!

A chaque élection la France joue à se faire peur. Dès le premier tour, elle place ses urnes sur le fil du rasoir, elle se donne la chair de poule en agitant l’épouvantail du Front National. L’essentiel est qu’à force de regarder dans le puits, elle ne finisse par y tomber.

Une fois encore j’ai repensé à cette phrase prononcée par François Mitterrand à propos de ses adversaires virulents :

-« La France ne les aime pas, la France les supporte ! »

Cette phrase s’applique si bien aux Le Pen.

C’est si bon de rester dans notre République ample et généreuse avec ses valeurs comme avec ses travers. Nous l’aimons. Nous ne voulons pas la perdre.

Dimanche soir c’est presque instinctivement que nous nous sommes pincés lorsque ce jeune homme de trente neuf ans au physique d’adolescent est apparu d’un pas assuré et solennel, car c’était presque un rêve.

A ma connaissance, jamais au cours de l’Histoire on ne voit une ascension si fulgurante, si inattendue, si surprenante. Toutes les prévisions, de la plus condescendante à la plus méprisante ont été déjouées. Tout le monde s’est trompé sauf, (et c’est rassurant pour la démocratie) les électeurs.

Il y a dans ce pays un instinct républicain, une sorte de flair infaillible qui me rend optimiste et joyeux. Après les mensonges de Sarkozy, l’irrésolution de Hollande, ils ont choisi le coup de poing qui renverse la table. De la bulle Macron qui suscitait tant de sourires ils ont fait une véritable bombe qui a explosé au nez des vieilles barbes.

Si ce n’est pas une révolution, c’est un chambardement. Et il y a quelque chose de pathétique que de voir sortir des ruines des partis effondrés, ces sortes de fantômes qui s’essoufflent à courir derrière l’homme qui marche.

Où nous mène cet homme ? Son regard est celui de l’aigle. Son langage direct nous change des phrases convenues, du vocabulaire lénifiant ! Manifestement il n’est pas comme les autres.

Et puisqu’il nous a délivrés de la haine, si nous faisions encore un bout de chemin avec lui! Cela ne nous empêchera pas d’être méfiants et de trembler. Que son audace nous fasse peur, mais cette fois dans le bon sens !

 

19 avril 2011

Remember: Souviens-toi!...Encore.

Pourquoi ai-je rappelé (rapidement) un point de l’histoire des années 30 qui vit la montée du Nazisme puis l’avènement d’Hitler contre, je le rappelle, la majorité du peuple Allemand ?

Parce que quiconque oublie le passé est appelé à le revivre. Or nous en sommes, en Europe, (notre Europe protectrice jusque là) à un point tel que les démocrates ne devraient pas seulement s’inquiéter, mais devraient agir.

L’erreur majeure de bon nombre de citoyens français est de croire que le FN de Marine le Pen est un phénomène purement national. Ainsi certains se laissent aller quelquefois à l’utiliser comme vote de protestation.

Qu’ils ouvrent les yeux. L’extrême droite progresse partout en Europe à une telle allure, que si le phénomène continue, ses institutions démocratiques mêmes en seront menacées.

Pas plus tard que dimanche dernier 18 avril 2011, à la faveur d’élections législatives, le parti extrémiste « Les Vrais Finlandais » (tout le programme est dans le nom) vient de rafler 39 sièges sur les 200 du parlement finlandais. Du coup, il devient le troisième parti. Les conservateurs sont obligés de composer avec lui pour trouver une majorité.

Rappelons que :

En novembre 2009 l’UDC a fait voter les Suisses à 57% contre la construction des minarets.

En mars  2009, aux Pays Bas, le PVV d’extrême droite réalise le score de 17% aux municipales et depuis ne cesse de progresser. Aux législatives 24 députés anti-Islam rentrent à son parlement.

Le 11 avril 2010  en Hongrie le parti Jobbik, islamophobe, devient le troisième parti avec 16, 5% des voix.

En Autriche Le Parti de la Liberté (textuel) FPO est crédité de 27%, en hausse de 12 points surtout dans les quartiers populaires.

En Suède l’extrême droite passe de 2,9% en 2006 à 6% en 2010.

En Belgique  Vlaams Blok pousse les Flamands à l’extrême nationalisme, en Norvège c’est le Parti du Progrès, en Italie la Ligue du Nord…etc.

Même l’Angleterre, si stricte en politique, ne peut se défaire du BNP British National Party.

Chez-nous en France, vous connaissez les résultats des fines manœuvres de la politique de Sarkozy. Bêtise ou aveuglement, peu importe, les effets sont les mêmes ; le Ministre de l’intérieur, n’est plus un Ministre mais un agent électoral fort occupé à faire prendre la mayonnaise du Front National.

Plus de respect, plus de tenue démocratique, mais l’obsession maladive de la victoire aux présidentielles de 2012, à tout prix. Cela ne le dérange guère de jouer avec le feu, sans autre vision de ce qui se prépare.

A ce train là, avec Marine le Pen à 20% nous ne serons pas loin du record de l’Autriche.

Ceux qui  croient naïvement que l’Europe nous protègera de la peste ne se doutent pas de l’arrivée du choléra.

Car tous ces partis extrêmes qui ont aujourd’hui le vent en poupe, se rencontrent, se soutiennent, travaillent à l’échelle internationale, organisent en catimini colloques et congrès, préparent un ordre nouveau.

Marine a un visage plutôt avenant, d’autres leaders à l’étranger se montrent suivant le cas, playboys de magazines, pépères souriants, beaux parleurs bedonnants, citoyens moyens, où chacun peut se reconnaître.

Pourquoi s’inquiéter ? Aucun d’entre eux ne porte la célèbre moustache.

Mais en politique la haine et la violence se propagent à la vitesse de l’incendie. De la tête des leaders elles passent vite dans le système devenu machine à broyer. Alors Il y a ceux qui donnent des ordres et ceux qui les exécutent. Bientôt du palais où l’on gouverne, à la prison où l’on torture, il n’y a plus que le coup d’aile de l’oiseau qui, vous vous en doutez, n’est pas celui d’une colombe.

La Haine de l’autre a fait commettre aux hommes les pires horreurs. Et si après la haine institutionnalisée du juif venait celle de l’arabe ?

La ratonade ! Vaste programme !

Tout cela me paraît déjà fort engagé.