MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 avril 2017

La dernière cartouche.

Lire la suite

31 mars 2015

Contestation à deux faces.

En France, dans le corps électoral, les contestataires peuvent se diviser en deux catégories bien distinctes : d’une part les inactifs, d’autre part les actifs, pour ne pas dire les excités.

Les inactifs sont ceux qui, lors des journées électorales, restent à la maison ou vont à la pêche. C’est leur façon à eux de protester et de déclarer leurs attentes déçues. Bien qu’on parle d’eux les soirs de bilan à la télévision, ils sont vite oubliés, tenus pour quantité négligeable, relégués dans l’ombre au rang des anonymes. Ils sont les absents qui ont toujours tort.

Si ces muets du sérail ne sont finalement pas dangereux, il en va tout autrement de la deuxième catégorie : les actifs.

Ces électeurs là ruminent. Leur vengeance ils la veulent à la hauteur de leurs rêves de campagne électorale déçus. Or la vengeance n’est pas un sentiment de raison, c’est un facteur de trouble, de déséquilibre. La vengeance est l’autre face de la haine. C’est souvent l’arme des faibles.

Ce que n’arrivent pas à comprendre les partis politiques dits républicains (ni d’ailleurs les responsables du F.N. euphoriques et dépassés par leur succès), c’est que bon nombre d’électeurs, qui s’estiment trahis, déposent dans l’urne un bulletin d’extrême droite par dépit, pour faire mal, pour casser, pour détruire, fût-ce la démocratie. Il y a beaucoup de désespérés qui programment ainsi leur suicide pour appeler au secours.

A ce phénomène social, il est inutile de répondre par l’invective de l’autre. Aller chercher des arguments dans la période noire de notre histoire pour arrêter le FN, c’est puiser de l’eau avec un panier. On ne raisonne pas ainsi le dépit des électeurs qui votent avec leurs tripes avant de voter avec leur cœur.

Tant que les hommes politiques de droite comme de gauche se feront élire sur des mensonges pour ne pas risquer d’être battus en disant la vérité au peuple, le FN prospèrera, et un jour, qui devient de plus en plus proche, l’emportera.

Ne soyons pas naïf, il ne s’agit pas de dire toutes les vérités, une seule d’importance à laquelle on puisse se raccrocher peut suffire. Mitterrand le comprit, qui, en pleine campagne électorale se déclara, contre l’opinion publique, adversaire de la peine de mort. On lui reconnut le courage et le panache. Cela lui fit gagner des voix. Churchill galvanisa son peuple en lui assénant : « Je ne peux vous promettre que du sang, de la sueur et des larmes. »

Ce qui nous sauve encore, c’est le camp des inactifs scrupuleux qui se réveille partiellement au second tour pour se décider enfin à voter, c’est le report des bons républicains de plus en plus rares.

Bientôt c’est sûr, plus personne ne se réveillera. On pourra découvrir alors ce que le FN a dans le ventre, quand il nous l’aura mis sur le dos.

23 novembre 2012

L'UM Plaies.

 

Les donneurs de leçons sont finalement tombés dans le travers qu’ils reprochaient au PS. Si la rivalité tragi-comique de Ségolène et de Martine les a ravis et bien amusés, il faut croire qu’ils n’ont pas résisté au charme du théâtre de Guignol, donnant du même coup toute la modernité au vieil adage : « Rira bien, qui rira le dernier. »

J’ai souvent mentionné depuis plus de quatre ans que je me livre dans ce blog, que, dans notre paysage politique, parmi tous les prétendants au trône, je n’apercevais pas l’ombre d’un seul homme d’état. Nonobstant l’équipe en place qui demande du temps pour la juger, dans l’opposition c’est pire que ce que je constatais, puisqu’ils sont descendus au niveau du comique-troupier. Désormais, plus la peine d’aller au théâtre, il suffit d’allumer la télé pour suivre l’invraisemblable feuilleton. On y voit un affrontement à faire pâlir les mânes de Bourvil ou de Funès.

Comment confier le pouvoir à des gens qui dans leurs discours ont des solutions à tous les problèmes, mais qui, dans les faits, sont incapables de vider même leurs querelles de bas étages sans parler de modérer la haine mutuelle qui les anime !

Tout cela serait cocasse s’il ne s’agissait pas du premier parti de France et si ne se profilaient en filigrane de cette pantalonnade, des conséquences moins réjouissantes.

Car la querelle Copé-Fillon est en train de déconsidérer toute la politique sans exception et d’apporter de l’eau au moulin de ceux qui, depuis des décennies, hurlent à tous les vents : « Tous pourris ! ». On reste confondu devant tant d’irresponsabilité.

Borloo a beau se frotter les mains et compter les nouvelles adhésions dont il profite, c’est quand même Marine Le Pen qui une fois de plus tirera les marrons du feu. Elle n’a même plus besoin de parler. Les fruits tombent tous mûrs dans son escarcelle.

D’autant que le vote des militants UMP est révélateur du climat politique qui s’installe en France. Jean-François Copé, tout en soutenant du bout des lèvres une campagne présidentielle qu’il considérait perdue d’avance, s’occupait surtout à verrouiller son parti non seulement au niveau national, mais également dans la plupart des fédérations, allant même, suprême prudence, jusqu’à placer ses hommes dans la commission de recours. Ainsi mettait-il en place, face à une fraude éventuelle, les moyens de la sienne plus efficace en contre-feu. Puis il a adopté sans complexe les thèses du Front National, flattant de manière outrancière les idées simplistes d’une «  droite décomplexée ». Sa surprenante réussite est le signe qu’une élection à droite se gagne du côté du Front National. La moitié de l’UMP louche désormais vers Marine Le Pen, laissant cette fois deviner des alliances plus ou  moins officielles mais plus massives qu’autrefois au second tour.

La querelle Fillon-Copé donc, si elle a un côté grotesque, cache toutefois un aspect plus sérieux quand on considère qu’il s’agit d’une lutte d’orientation. Soit l’UMP se range derrière Fillon pour rester majoritairement dans le camp des démocrates modérés, soit elle se lance dans l’aventure de l’extrême droite qui court après son pain au chocolat.

En attendant l’UMP n’est plus que plaies et bosses, un champ de bataille où l’on s’étripe, pendant que déjà, les plus prudents s’éloignent sur la pointe des pieds.