MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 décembre 2015

Le noir, le blanc, l'oie et le Père noël.

Ils ont un drapeau noir, s’habillent en noir, portent barbe noire et ruminent leurs idées noires. Ne donnons pas à ces sinistres personnages l’occasion de mettre de la couleur dans leur vie, de les amuser par nos gesticulations imbéciles. Se taire serait tellement mieux pour servir la bonne cause et opposer du blanc.

Tout le monde sait que la déchéance de la nationalité française ne peut effrayer des islamistes qui se rient de la peine de mort. Ces gens là sont sur une autre planète. Aucun dialogue, fût-il assorti de lourdes sanctions pénales, n’est possible avec eux. Il n’y a malheureusement qu’une solution possible pour les empêcher de nuire, c’est celle qu’on emploie pour les nuisibles : leur destruction. C’est en ce sens qu’il faut parler de guerre, ce mot que les âmes plus sensibles que responsables trouvent trop fort.

Alors pourquoi le Président Hollande a-t-il choisi de proposer d’étendre une mesure qui existe déjà : la déchéance pour ceux qui ont double nationalité, française et étrangère, au risque de diviser son camp ? Pourquoi aller pêcher dans les égouts de l’extrême- droite ?

C’est que Hollande est déjà en campagne, l’œil fixé sur l’horizon 2017. Celui qu’en 2012 personne n’a vu venir, sur qui personne n’osa parier, continue sa stratégie. A défaut de plaire, il surprend, il embarrasse, il contourne, il manipule. Hollande est l’homme des tranchées, le passeur de murailles qui prospère dans les souterrains. Il est de la race des termites. Il ronge sa proie de l’intérieur. Il n’est jamais tant dangereux que lorsqu’on l’oublie dans son coin ou que hué et sifflé on le croit  à terre.

Il avait jusque-là rêvé de réunir le Congrès à Versailles pour faire inscrire dans la Constitution  la reconnaissance officielle des langues régionales et, par là, obliger la droite à voter pour son projet. Il a trouvé mieux, plus aigu et plus efficace, la faire voter pour une coquille vide. Le terme de texte fantôme conviendrait mieux. En fait cette mesure présentée comme liberticide ne concernera que quelques dizaines d’individus, qui plus est, de grands criminels condamnés, ayant purgé leur peine et considérés par la justice comme irrécupérables.

Mais l’intérêt de cette manœuvre est de pousser les beaux esprits, frais comme des gardons, à troubler l’eau en agitant la vase au point de déboussoler l’adversaire, de le pousser à la faute.

Sarkozy est inquiet. Il enrage. Ses troupes se dispersent. Elles sont en plein dilemme. Ou bien elles votent le texte de Hollande et y laissent des plumes, ou bien elles ne le votent pas et se font plumer. Il n’y a pas que l’oie du jour de l’an qui est sur le grill et que le Père Noël qui soit une « ordure ».

20 mars 2008

Pourquoi viens-tu si tard ?

L'émotion est forte dans tout le pays et, comme toujours, excessive.

Peu importe que Chantal soit morte naturellement de sa maladie ou qu'elle se soit suicidée, le problème reste le même. C'est ce qui s'est passé quelques mois avant sa disparition qui doit nous interpeller.

Nous devrions avoir honte que notre société ait laissé cette femme dans la solitude, non pas face à la mort car elle la souhaitait, mais face à la dégradation, la déchéance et l'insupportable tourment de la maladie. Chantal s'est battue à la fois contre sa maladie et contre l'incompréhension des hommes. Il n'est plus temps de compatir, il fallait le faire avant.

J'observe et j'écoute les commentaires de nos officiels, qui me paraissent bien tièdes. Ils n'entrouvent la porte qu'avec d'infinies précautions, avec une timidité qui ne laisse rien augurer de bon. De nombreux médecins supplient pourtant qu'on leur permette de sortir de la clandestinité. Ils n'en peuvent plus de cette hypocrisie.

Qu'on ne nous fasse pas, comme à chaque fois que la société s'affranchit d'un problème, le coup de la peur des abus. Nous avons chez nous suffisamment de gens compétents et sages pour établir des garde-fous qui ne seront pas des entraves.

Je souhaiterais tant qu'il y ait un "avant" et un "après" Chantal Sébire et que le nom de cette femme d'exception puisse rester dans l'histoire, pour avoir provoqué enfin chez ceux qui sont censés nous représenter, un sursaut d'humanité...