MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 mai 2008

On a mis le tigre dans notre moteur.

Le lecteur âgé de plus de cinquante ans se souviendra sans doute, du fameux slogan d’un distributeur de carburant : « mettez un tigre dans votre moteur ! »
A chaque plein d’essence, ou à chaque vidange chez certains distributeurs, vous aviez droit à des bon-points. Au total d’un certain nombre, on vous donnait en cadeau un morceau (en peluche) du bout de la queue du tigre, que l’on suspendait fièrement à la lunette arrière de sa voiture.
Aujourd’hui on ne nous propose plus de mettre seulement de la bonne huile dans notre moteur, mais aussi dans notre estomac.
L’Europe a importé massivement de l’huile de tournesol venue d’Ukraine . Or, cette délicate marchandise s’est révélée coupée à l’huile minérale pour moteurs, dans des proportions qui nous garantissent une bonne lubrification de nos intestins. En effet les 2800 tonnes livrées à la France ont été « enrichies » de près de 20 tonnes de ce beau dérivé d’hydrocarbure.
Cette fine opération concoctée par des escrocs assurément philanthropiques, a pu être réalisée au nez et à la barbe des autorités européennes, des services des douanes et de la répression des fraudes.
C’est la raffinerie d’une grande marque, qui finalement s’en est aperçu, un mois plus tard, et qui l’a signalé bien sûr aux autorités compétentes. Ces dernières ont aussitôt pris les mesures qui s’imposaient : retrait des rayons de l’huile frelatée ainsi que des plats cuisinés qui en contenaient.
On se sentirait rassuré, s’il n’y avait un « hic ! » : l’huile se comporte dans le milieu agroalimentaire comme la sève dans le tronc d’un arbre. Quand cette sève arrive par capillarité au niveau des branchages, elle se divise puis se disperse dans les ramifications des centaines de branches et branches dérivées, pour aboutir finalement aux extrémités des milliers de brindilles terminales.
Ainsi court l’huile frelatée qui ne peut plus être rattrapée : la mayonnaise, les sardines en boîte, les soupes, le poisson pané, les sauces à fondues, le surimi, les chips, les céréales petit déjeuner, les pâtes à tartiner, le beurre allégé, les barres de céréale, les cookies…ouf ! J’en oublie !
Mais ne paniquez pas, les autorités sanitaires sont là, pour notre bien à tous. Elles viennent de déclarer en substances (si je puis dire) « qu’en l’absence de toxicité », la vente des produits contenant moins de dix pour cent d’huile de tournesol frelatée serait autorisée.
Si vous êtes un grand optimiste, voyez les choses du bon côté. Considérez que vous n’aurez plus besoin de vaseline ;
Si vous êtes un grand pessimiste, il ne vous reste plus qu’à souhaiter que le baril de pétrole se négocie un jour à cinq cents dollars. Ainsi, l’huile minérale dérivée sera plus chère que celle de tournesol.
Bon appétit à tous quand même !