MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10 février 2017

Le contre-pouvoir

Chaque fois que Trump signe un décret, c’est une véritable mise en scène. Avec orgueil et suffisance, le nabab signe devant les caméras d’une écriture gigantesque comme un dieu tout puissant qui déciderait de la fin du monde.

Sauf que ce grand monsieur qui se prend pour le centre de l’univers, vient d’être ramené à sa juste taille par la justice de son pays qui vient d’envoyer à la poubelle son fameux décret interdisant l’accès des E.U. aux ressortissants de 7 pays musulmans. Il croit être le roi, un juge le descend du trône. C’est ça un contre-pouvoir dans une démocratie.

Deux contre-pouvoirs surveillent la démocratie : la presse indépendante qui dénonce les irrégularités du pouvoir, la justice qui les condamne. Sans ces deux piliers, pas de fonctionnement républicain possible.

On peut penser ce qu’on veut de l’affaire Fillon mais il est réconfortant de voir que la presse indépendante, comme dans d’autres cas, a joué le jeu pour mettre à jour des pratiques choquantes. Reste à la justice de jouer le sien.

Ce qui est inquiétant par contre, dans cette affaire, c’est l’attitude de soi-disant hommes d’états de haut rang, sinon de haut niveau, qui sont partis en guerre contre le devoir d’informer.

Au meeting de Fillon, chez Raffarin, les représentants de la presse ont été copieusement sifflés par des militants remontés par leurs discours vengeurs. Rien d’étonnant, on siffle le diable, les lanceurs de boules puantes, les officines à complots, les fouilleurs de poubelle. C’est bon quand on descend Cahuzac, mais touche pas à mon Fillon, car c’est toucher à mon poste, à mon siège de député, à mes ambitions ministérielles.

On a sifflé la presse, mais aussi à travers elle on a surtout sifflé la démocratie.

Des hommes qui se présentent comme d’authentiques démocrates, qui s’indignent qu’on puisse en douter, qui prétendent aux plus hautes fonctions de la République, n’hésitent pas à fouler aux pieds des principes pour lesquels tant d’autres hommes ont donné leur vie.

Quant à la justice, c’est la première fois que je vois des avocats entrer sans vergogne dans la campagne électorale au profit de leur client-candidat pour la dénigrer.

A plus forte raison, nous les électeurs, devons-nous nous mobiliser pour former le troisième contre-pouvoir qui jettera aux orties un microcosme politique de plus en plus corrompu.

Écrire un commentaire