MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 décembre 2016

Préparation d'une vengeance primaire.

En politique il ne faut jamais se montrer boulimique, encore moins impatient. Valls va payer très cher d’avoir bousculé le Président de la République. A tort ou à raison il passe pour celui qui l’a acculé dans ses derniers retranchement et finalement obligé à jeter l’éponge. De plus, par ses manœuvres intempestives, il se voit reprocher d’avoir ouvert une crise grave et sans précédent dans le fonctionnement de l’exécutif. Ce qui n’est vraiment pas très opportun en cette période de lourde menace terroriste.
Le dernier carré des « hollandais » ne le lui pardonnera jamais.
Quand on lui demande à qui il va apporter son soutien, lors des primaires, le regard de Stéphane Le Foll l’ami de toujours du Président, change de couleur. C’est mauvais signe comme un nuage d’orage.
A côté de Valls, Macron l’étourdi, l’adolescent politique, dont on pardonnerait presque l’inexpérience, peut passer pour un aimable transfuge.
Pierre Moscovici, commissaire européen, le plus incisif de tous, s’écrie lors d’un repas, entre la poire et le fromage :
« Ce n’est pas celui qui a tué Hollande qui peut aujourd’hui espérer l’emporter à la primaire, à la présidentielle, ou par la suite ! »
Ya comme qui dirait du détective Hercule Poirot ou du lieutenant Colombo dans l’air. M’est avis qu’on a trouvé l’assassin.
Admirez l’amabilité de longue haleine: « ou par la suite… » Voilà un homme qui voit loin.
Ça sent follement l’électricité du coup de foudre. Valls va devoir éviter de passer sous les arbres et se munir d’un large parapluie.
L’éclaircie, le coin de ciel bleu, pour lui, ce n’est pas pour demain.
Et s’il est jugé sévèrement, on sent bien qu’il n’aura pas droit à une peine aménagée.

Les commentaires sont fermés.