MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 janvier 2016

Des complots partout! (suite)

Mais de la même manière les jeunes ne croient plus aux médias dont le rôle pourtant est de nous informer, de nous faire toucher de près la réalité des faits. Pourtant, ils sont nombreux, de par le monde, les journalistes courageux qui opèrent au péril de leur vie. Il ne s’agit pas d’eux, mais de l’institution qui les emploie.

Et cette institution, la presse en général, est maintenant définitivement soumise aux contraintes économiques de notre temps : informer certes, mais surtout vendre du papier, maintenir une audience. Et pour cela il faut être le premier à étonner, à susciter la curiosité, à faire du sensationnel. Or le défaut du sensationnel, c’est de s’adresser aux sentiments (souvent les moins nobles, comme la haine) plutôt qu’à la réflexion, c'est-à-dire à la raison qui donne les sentiments nobles.

Voici quelques temps les journaux télévisés ont rendu compte, à leur façon, de la cérémonie du 17 décembre 2015, présidée par François Hollande (voir mon blog du 12 déc. : Conte de Noël… ). Il s’agissait d’inaugurer Le monument de la Fraternisation, à l’endroit même où les poilus, ennemis des deux camps, fraternisèrent le soir de Noël 1914.

La télé nous a-t-elle parlé de l’humanité, de l’élan du cœur, du courage des soldats Allemands autant que Français que leurs états –major respectifs poussaient à s’entretuer au nom d’une cause d’Etat et qui ont préféré, ce soir là, s’embrasser?

Pas du tout, cela ne pouvait intéresser personne, à supposer même qu’un jeune ait eu un œil sur l’écran ! Les bons sentiments, ça fait ringard. Alors on a préféré nous montrer exclusivement la poignée de main du Président de la République et du Président Xavier Bertrand nouvellement élu. Poignée de main historique assurément mais qui nous démontre la pauvreté de fonds d’une certaine information télévisée. Comme dirait Montaigne : « information sans conscience, n’est que ruine de l’âme ».

Mettez deux adversaires politiques dans un débat. Comme les chats, fût-ce au prix de mensonges, ils retombent sur leurs pattes et la vérité de chacun est toujours la meilleure. Un journaliste osa même un soir présenter aux débateurs des gants de boxe.

La vérité de l’information où est-elle dans ces cas là, pour un public non averti? Les jeunes se le demandent, puisqu’on la mêle à toutes les sauces sans jamais la sublimer.

Des enseignants, des journalistes avisés ( qu’ils m’excusent je n’ai pas retenu le nom de leur association) parcourent les lycées pour expliquer aux élèves ce qu’est une information honnête, ce qu’est un fait incontestable, ce que, dans la pratique d’internet, l’on doit croire ou rejeter, ce qui est exact et ce qui est propagande.

Le décalage entre la versatilité des nouvelles techniques de communication et les moyens éducatifs ont surpris tout le monde. Il est urgent de promouvoir de nouvelles orientations afin d’aider les jeunes les plus fragiles à se construire, à devenir des citoyens au sens noble du terme et pourquoi pas, de sincères Républicains.

 

Les commentaires sont fermés.