MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10 janvier 2015

Je suis Hypocrisie!

François Hollande est aujourd’hui le seul homme d’Etat européen au pouvoir et peut-être le seul au monde, à avoir pris la juste mesure de la lutte contre les islamistes. En tout cas c’est celui qui s’y est le plus engagé avec la détermination que l’on sait. Et il est bien seul.

Chacun sait que la source de l’intégrisme n’est pas en France  mais dans les pays en déshérence où n’existe aucune structure étatique : ni police, ni armée, ni corps administratifs, dignes de  ce nom.

En Syrie, en Libye, au Mali, au Yémen…etc, le djihad est comme un poisson dans l’eau, libre de former ses soldats de la haine, de recevoir et de conditionner à la folie meurtrière des recrues de toutes nationalités.

Le Mali  serait en 2015 une bombe, un réservoir de fous, si François Hollande n’avait pris la décision courageuse (et politiquement risquée) d’intervenir pour sauver un peuple de la charia.

Où sont, depuis, les dirigeants des états européens qui lui avaient promis solidarité, aide et logistique, où est l’Amérique d’Obama?

Un contingent européen de 300 hommes au moins devait se joindre aux forces françaises, un minimum assurément. Ce contingent n’est jamais arrivé à destination, et pour cause, puisqu’il n’est jamais parti. Nos alliés avec Angéla Merkel et David Cameron en tête, nous ont bel et bien laissé tomber, nous laissant sans sourciller courir le risque d’un enlisement dans les sables et compter malheureusement nos morts.

En 2013, un conflit en Syrie s’envenime. Bachar el-Assad riposte avec la dernière des violences, n’hésitant pas à employer les gaz interdits par toutes les conventions. Mort, désolation, torture. Au cours d’une déclaration solennelle, le Président de la République Française se déclare prêt à intervenir aux côtés des Américains pour chasser le dictateur. Mais Obama, à contrario des assurances qu’il avait données, baisse la garde, se tait, recule. Ravalant le camouflet, Hollande renonce. Le résultat est immédiat : alors que le conflit s’éternise dans les horreurs, les islamistes, se riant des frappes aériennes, s’enrôlent en masse, prenant quasiment le contrôle de l’insurrection. Impossible désormais de faire quoi que ce soit pour aider un peuple martyrisé de tous côtés.

Aujourd’hui Obama en est à rechercher une solution pour, tenez vous bien… soutenir le dictateur sanguinaire Bachar el- Assad afin de contrer des islamistes armés jusqu’aux dents, si forts qu’ils aspirent à former un état. Bravo ! Belle lutte ! Brillantissime réussite ! Fermez le ban ! Voilà une politique étrangère pleine de fraîcheur et digne d’un prix Nobel.

En plein vœux de Nouvel An, la France paie son engagement, elle est touchée en plein cœur dans ce qu’elle a de plus cher : la liberté d’expression. L’effet de souffle est tel que les Etats voisins frémissent et que là-bas, aux confins de l’Océan, les tours de Manhattan tremblent d’un mauvais souvenir ravivé.

Ah ! la France de Lafayette ! Une amie historique ! Une indéfectible alliée. Elle peut compter sur notre soutien. Ah ! cher François ! comment ne pas être de tout cœur avec le peuple français ! Que de soutien ! Que de soutien ! On en sangloterait !

Au bal des hypocrites les signatures de condoléances et les larmes de crocodiles ne coûtent pas cher. Fi de leur compassion, ils devraient avoir honte !

Quand à moi je préfère mille fois notre François, brocardé, moqué, caricaturé, sifflé, vilipendé, mouillé comme un canard, à une Angéla superbe et triomphante dont le sourire ne se départit pas d’un zeste de froideur.

Au moins ce François-là, si malmené par Charlie-Hebdo, peut dire sans baisser la tête: « Je suis Charlie !»

Les commentaires sont fermés.