MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 mars 2014

Je,tu,il,nous écoutons,ils écoutent!

Je vous assure que cette histoire est vraie. Une famille fêtait dignement le baptême du dernier né. Grand-parents, parents, nombreux amis, étaient réunis dans la convivialité autour d’une bonne table. On était d’autant plus à l’aise et détendu qu’on avait branché l’écoute-bébé qui permettait depuis la salle à manger d’entendre le bébé respirer dans sa chambre.

Soudain la mère croit déceler un bruit insolite. Elle se précipite donc à l’étage afin de contrôler si tout va bien dans le berceau. On remarque à peine un convive qui s’éclipse sous prétexte d’aller aux toilettes.

Quelques minutes passent, puis soudain les convives entendent distinctement des frôlements bizarres, des  frou- frous curieux, de plus en plus insistants et une voix languissante qui finit par supplier : « Non ! pas ici… !!! »

Grave imprudence ! L’écoute-bébé avait mis les amants sur écoute. On peut imaginer l’ambiance plombée autour de la table et la tête du cocu confirmé en plein baptême.

L’affaire Buisson, qu’on pourrait qualifier de « buisson ardent » a révélé elle aussi un cocu d’importance digne de la « tête à Toto ».

Plus sérieusement, cette affaire d’enregistrement, qui stupéfie la classe politique ainsi que l’opinion publique n’étonnera que ceux qui n’ont pas compris le fonctionnement du système Sarkozy.

Nicolas Sarkozy est finalement un être fragile, à la limite du pathologique : un homme qui n’a pas su résister et encore moins se prémunir contre la griserie du pouvoir. Comme tous les êtres fragiles obsédés par le maintien dans leur fonction, Nicolas, que finalement aujourd’hui je plains plus que je ne le blâme, a éprouvé le besoin d’être constamment rassuré. D’où le réseau d’hommes de l’ombre qu’il a mis en place dont les ramifications se prolongent (on le voit aujourd’hui avec la dernière affaire Cour de Cassation) jusque dans les plus hautes sphères de la justice. Ce réseau avait pour but de le renseigner, parfois illégalement, voire de le protéger contre ses dérapages illégaux. Les hommes de l’ombre comme Buisson venus de milieux pas très clairs, ne sont pas clairs eux-mêmes et leurs méthodes sont à la hauteur de leur morale.

Sarkozy pourra méditer entre deux galas de Carla la maxime de La Fontaine :  «  Tel est pris, qui  croyait prendre ».

Au lieu de feindre de s’étonner, au lieu de s’indigner bruyamment, les élus de la nation devraient s’interroger sur l’urgente nécessité de réformer le rôle et le statut du Président de la République. Trop de pouvoir tue le pouvoir. Et nous avons atteint avec Sarkozy le point extrême de ses défauts. Car enfin le système Sarkozy dans notre République, même édulcoré, a la couleur de ceux dont se servent les régimes totalitaires ou du moins les républiques bananières.

La Vème République est à son crépuscule. La rénover est primordial. C’est ça ou le Front National. L’auteur Maurice Druon a écrit quelque chose de profondément vrai :  «  Les tragédies de l’Histoire révèlent les grands hommes ; mais ce sont les médiocres qui provoquent les tragédies. »

Pour reprendre le ton de la plaisanterie, je déconseillerais vivement aux candidats qui actuellement battent la campagne, de dire à leurs électeurs : « Je serai à votre écoute… » dans le climat actuel, cela risque d’être mal interprété.

 

 

Les commentaires sont fermés.