MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22 janvier 2014

Satire ou satyre?

Ne soyons pas méchant ; pas de médisance, la satire, cette façon de se moquer de tout sauf de l’essentiel, suffira. Vraiment on se demande ce que veulent les Français et surtout quel président leur convient le mieux. Hier ils le qualifiaient de mou, sans charisme, sans projet, sans ambition, aussi banal qu’un débitant de fromage dans un marché. La presse enfin nous a bassinés avec sa prostate. Une affaire d’Etat que la miction laborieuse d’un président ! Mou ? Cet aspect intime de la chose se traite dans l’intimité. Et la prostate ? Très bien merci ! Sans charisme ? Ma fois on se satisferait de celui d’un tel séducteur. Du charisme et du résultat. Banal ? Avouons que ce qualificatif est des plus mal choisis. Une balade nuitamment, en catimini, dans des rues livrées aux tire-laines, en scooter, tient lieu carrément d’une aventure à la Jammes Bond. Et pour couronner le tout, le bedonnant joue au bedeau : il annonce à grand fracas qu’il va voir le Pape. A la place du Pape, je me méfierais. Des fois qu’il vienne pour se confesser. L’audience risquerait de durer. Quelques jours plus tard après tant de troublants évènements, une foule de journalistes enfiévrés attendait le fautif, le repenti, l’indécis. Ils auraient volontiers entonné l’Internationale pour lui remonter le moral. Ils n’en sont pas encore revenus. Depuis une semaine ils multiplient les débats à la télé, se pincent mutuellement pour être assurés de ne point rêver. Etait-ce vraiment le même homme, ce Pépère, ce Flanby d’où venait tout le mal ? Grave, tranchant, précis, inattendu, surprenant, barbelé de certitudes. Et pour finir il sort sous les applaudissements des patrons. L’opposition sonnée en tombe à la renverse. Gros dégâts dans les têtes pensantes des économistes. Et le voila qui remonte dans les sondages. Il serait fort capable de lever les bras et de crier : « Je vous ai compris ! » si on ne nous avait déjà fait le coup Je vous l’avais bien dit : Méfiez-vous de Hollande ! On le croit dans les choux, il est au coin du bois.

Les commentaires sont fermés.