MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 janvier 2014

Le dogmatisme républicain.

Le dogme : point fondamental d’une doctrine, opinion donnée comme indiscutable, comme certitude qui s’impose à tous.

Ainsi l’Eglise repose sur des vérités révélées qui n’ont pas lieu d’évoluer. Le dogme est le nid de la pensée figée, de l’immobilisme, du conservatisme le plus étroit et le plus dangereux. Ainsi prisonnière de ses principes qui l’empêchent de s’adapter au monde moderne, l’Eglise meurt lentement et se prive finalement, de par son étroitesse d’esprit, de l’essentiel de ses missions.                  

Mais  il n’y a pas que l’Eglise qui souffre de ce mal. La République aussi a ses dogmes que nous devons dénoncer si l’on veut que la République dure.

On a vu, à propos de l’affaire Dieudonné, apparaître au devant de la scène l’un de ces dogmes fondamentaux : la Liberté ; plus précisément la liberté d’expression. Jacques Lang, ancien professeur de droit constitutionnel a cru bon, au nom de  « la bible laïque », de critiquer la décision du Conseil d’Etat d’interdire le spectacle de Dieudonné et, indirectement, l’initiative de Manuel Vals de l’avoir saisi. Il va jusqu’à dénoncer de «  donner à la police administrative un pouvoir de répression morale…qui tend à instaurer un régime préventif… »

Point n’est besoin d’être expert en analyse de texte pour convenir que « le mur » est un tissu nauséabond de blagues à gros sabots, soutenu, survolté, par les rires des imbéciles. L’art n’a jamais été la propagation de la haine, la négation d’un épouvantable drame historique que tant de témoignages et de documents attestent. Les ombres interlopes qui se cachent derrière Dieudonné n’ont rien d’intermittents du spectacle.

« Régime préventif » ? Voilà dix ans que Dieudonné sévit sur toutes les scènes, qu’il insulte, qu’il rabaisse, qu’il se moque de toutes les condamnations, qu’il défie la justice, qu’il organise un système de fraude. Préventive, la justice, alors qu’elle a tant tardé à se montrer curative ?

Ce qui n’est pas normal dans notre système, c’est qu’il ait fallu s’adresser à la juridiction suprême, à défaut de barrages législatifs ordinaires, pour arrêter pareil individu. C’est le seul point peut-être sur lequel Lang ait raison.

Souvenons nous du mal occasionné par un autre dogme républicain : le pacifisme. Le pacifisme doit être une règle d’or tant qu’on a en face des adversaires disposés à jouer le jeu.

Au début des années trente, Hitler n’avait qu’une seule crainte, c’est que les alliés européens l’attaquent alors que son armée n’était pas prête.  Hélas Daladier et Chamberlain, prisonniers de leur pacifisme, ne le comprirent pas. Il est des désastres qui appellent le jugement de l’Histoire.

La République est un régime d’une extrême vulnérabilité. Elle est comme une fleur exposée à tous les vents. Je me montrerai un peu provocateur. C’est comme  le rapport des militaires à la guerre : Sa défense ne doit pas être confiée à de trop scrupuleux républicains.

                                               

Les commentaires sont fermés.