MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 février 2013

Le pacte du diable.

Faire du profit sur le dos du consommateur, voilà que c’est reparti. La vache folle produit des farines animales, la grippe du poulet produit des élevages intensifs et la listéria dans la viande et les fromages produits  transformés à des cadences industrielles. C’est moins grave cette fois avec la tromperie sur la marchandise, mais il y a toujours cette volonté de tricher afin de faire du fric, si j’ose dire à bon  marché.

Une loi roumaine particulièrement géniale interdit le cheval comme moyen de traction sur les routes du pays. Résultat les Roumains vendent leurs chevaux pour s’acheter une voiture. Trop de chevaux à l’abattoir font que le marché s’effondre. Ce détail n’a point échappé à nos brillants négociants toujours à l’affût des soldes. Qu’importe la barbaque pourvu qu’ils aient l’oseille. Les clients aiment le bœuf à bon prix on le leur vendra sous forme de cheval. Le cheval à cheval sur le bœuf, quel bel attelage !  Ils n’y verront que du feu, puisqu’on ne leur vend pas les cornes, même si virtuellement on leur en fait porter.

Cette douce arnaque n’a pourtant pas fait dindon de la farce que le naïf consommateur de supermarché. Il y a d’autres victimes collatérales : les frères Spanghero qui sont venus d’une façon touchante pleurer à la télévision sur leur honneur perdu. Laurent Spanghero surtout, cheville ouvrière et fondateur de l’entreprise avait des sanglots dans la voix. Bien que n’ayant jamais partagé ses idées politiques, je tiens cet homme pour quelqu’un d’honorable, un bosseur, un dur à la peine, un patron entreprenant. Oui mais voilà, ce qu’il oublie de dire, c’est qu’en vendant son entreprise, il a aussi vendu son nom dont il avait fait une marque. Le voilà donc, lui le grand défenseur du système libéral, victime inattendue de ce même système qui le trahit soudain et le met dans la boue. Paradoxe des paradoxes son nom, celui de sa famille, celui de ses ancêtres  ( j’allais dire son âme) ne lui appartient plus puisqu’il l’a vendu au diable. C’est dramatique en effet de le voir sali plus de cent fois par jour aux informations télévisées. Moralité : même si on ne le signe pas de son sang, il faut toujours se méfier d’un pacte.

Commentaires

Ne pas oublier une chose primordiale dans la logique de fabrication et de distribution.....la demande, le client veut du toujours moins cher, promo destockage, ces sociétés sans vouloir les défendre sont dans la logique des marchés. La part des ménages consacré à l alimentation à chute ces dernières années , il faut payer les portables, internet, les tablettes et autre Pc, le gasoil plus cher donc on veut bouffer moins cher, on a pas le temps de cuisiner et faire le marche donc on veut du tout prêt à consommer et pas cher. Sans la demande la production n est rien.

Écrit par : Laurent | 22 mars 2013

La recherche du bon marché à tout prix se doit d'exclure toute entorse aux règles élémentaires d'hygiène et de sécurité d'une part et, d'autre part, toute tromperie sur la marchandise.
Or l'établissement Spanghero reconnaît implicitement n'avoir respecté aucun de ces deux critères en virant son directeur.
A partir de là, si l'on conçoit que la possession d'un Smartphone est une qualité de vie plus qu'un authentique bifteck dans l'assiette, chacun est libre de son choix.

Écrit par : charly | 23 mars 2013

Les commentaires sont fermés.