MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15 décembre 2012

Remboursez!

« Mon pays est en difficulté…mon pays m’a donné tant de joies.. ». Elle n’avait pas besoin d’ajouter un mot de plus.  En insistant sur le « mon pays », avec son regard clair comme de l’eau de source, Line Renaud a ainsi justifié son refus de s’expatrier pour échapper à l’impôt. Je n’ai jamais été bien fan du style sucré de « la Cabane au Canada » ni toujours d’accord avec les prises de position politique de la chanteuse, mais je dois reconnaître que Line est une grande Dame aux élans naturels et sincères.

Contrairement à elle, Gérard Depardieu s’en va, sans élégance et, semble-t-il sans état d’âme. Ce n’est certes pas un crime, même pas une faute, cela ressemble plus à une goujaterie, à une grossièreté. Il est vrai que c’est son genre.

De nombreux artistes, ou grands sportifs, à force de monnayer leurs talents deviennent, on  le sait, d’une cupidité maladive. Jean Racine, auteurs de tragédies est resté célèbre pour sa rapacité au gain et le doux poète Rimbaud à qui on doit « Le Dormeur du Val »  s’est lancé lui-même dans les affaires louches.

Ces personnages, à l’origine souvent partis de rien, prouvent qu’en France, en dépit des impôts, il est possible de gagner beaucoup d’argent en très peu de temps. Pourquoi fortune faite, abandonnent-il leur pays ?

Si le signe de trahison est un peu fort, cette fuite pourtant lui ressemble.

Car naître, grandir, vivre dans un pays comme la France, n’est pas anodin : profiter de son système de santé, de sa protection sociale, de son école, de ses infrastructures, de son public, de son argent, pour se faire un nom, devrait créer des liens indéfectibles avec lui. Etre né quelque part, c’est primordial pour le destin de chacun. On serait donc en droit de demander à ces gens de manifester à leur pays, sinon un patriotisme effréné, du moins de la reconnaissance. Une simple reconnaissance. Il faudrait aussi qu’ils revisitent l’Histoire pour se rappeler que des citoyens sont morts pour qu’ils aient les pieds au chaud. Partir, c’est tourner le dos, mépriser tout cela. Partir les poches pleines d’or quand des gens grelottent dans la rue, c’est trahir un peu. Et puisque la Belgique les aime tant, qu’elle se souvienne de son côté que, il n’y pas tellement longtemps, la France accueillait des Belges de manière autrement plus altruiste, pour les sauver du désastre de la guerre.

L’idée tant contestée de déchoir de leur nationalité ces fuyards, bourrés de fric jusqu’à l’entonnoir, ne me semble pas absurde. On me dit que Depardieu a bénéficié du statut d’intermittent du spectacle, statut qui permet de toucher des allocations « chômage » quand le comédien ne travaille pas. Cela est du domaine du possible car, comme tous ses collègues, il peut avoir eu des débuts difficiles quand il était peu connu.

Pour tout ce que la France vous a donné : « Remboursez ! »

Les commentaires sont fermés.