MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 octobre 2012

Le pigeon nouveau est arrivé...

 Le Ministère des finances  cherchant des sous dans les moindres replis de notre économie, tout le monde se croit pigeon et prétend sauver ses plumes. Il n’est désormais bon bec que de pigeon.  Encore quelques semaines et la France sera transformée en gigantesque pigeonnier. Une officine nouvelle vient d’ouvrir avec succès, on s’y bouscule comme à la période des soldes : le bureau des roucoulades.   

Or tout ce qui roucoule n’est pas pigeon. Comme sur internet, il faut  savoir faire la part des choses. Rien n’est plus simple que de distinguer le vrai du faux pigeon. Point n’est besoin de lui souffler sur le croupion comme faisaient nos grand-mères pour distinguer le sexe des poussins.

Le faux pigeon est gras, la plume trop soyeuse. Il achète ses graines chez Fauchon et se fait baguer chez les joaillers de la Place Vendôme. Il a une disposition naturelle à se transformer en pigeon voyageur avec une préférence pour les pigeonniers de Belgique, de Suisse et autres paradis fiscaux qu’heureusement Sarkozy n’a pas tous supprimés. Les mauvaises langues prétendent que dans une vie antérieure il fut vautour fauve, avide de « surprimes », profits illicites et autres spéculations effrénées. Il serait bel et bien à l’origine de la gangrène de nos pigeonniers. C’est pourtant celui qui roucoule le plus fort sur tous les champs de foire : à vous sortir les larmes des yeux. Face à ce faux pigeon, Hollande est invité à n’avoir qu’un seul réflexe : lui voler dans les plumes.

Et puis il y a les vrais pigeons, moins bruyants, mais toujours plus nombreux. On les chasse tous les jours des pigeonniers parce qu’ils pondent des œufs trop petits. Ils se réfugient naturellement dans les clochers et les vieilles masures. Quand ils se présentent à l’usine pour quémander quelques grains, on leur dit que les blés sont restés en herbe et que les tournesols n’ont rien donné cette année. Alors ils volettent dans les squares où quelques vieilles dames en mal d’oiseaux leur jettent furtivement des mies de pain. De pigeons ramiers, libres d’espace et de lumière, ils sont devenus pigeons assistés, penauds et mécontents. Ils ne demandent qu’une chose : qu’on leur ouvre les greniers, qu’on leur donne sinon du grain à moudre, du moins à picorer. Mais dans ce domaine là ils n’ont pas de chance encore, les greniers sont vides. Les faux pigeons  de chez Fauchon ont tout fauché.

Paysan de sagesse et de mesure, si demain un vrai printemps se lève sur une promesse de vrai bonne récolte n’oublie pas, de toute urgence, de poser tes épouvantails à faux pigeon.

12:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, hollande, pigeon

Les commentaires sont fermés.