MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13 juin 2012

Pilepoil...si...

Le premier tour du scrutin des législatives s’est déroulé dimanche dernier, sans grand tapage, un peu à l’étouffée, compte tenu des prévisions.

L’abstention, qui n’étonne plus personne, est bien le résultat de ce que je dénonçais dans mon texte précédent, à savoir le rôle prépondérant et démesuré du Président de la République dont l’élection capte tout l’intérêt du corps électoral. Il n’est pas jusqu’à la compagne du Chef de l’Etat, dont les prises de position (suspectes) font plus de bruit que tel désistement problématique, qui soit en reste. Il ne manquerait plus que nous ayons en supplément l’influence de la reine.

Il n’en fallait pas tant pour persuader les électeurs que les institutions de la cinquième République réduisent l’Assemblée Nationale à une chambre d’approbation (ou pour l'opposition d'expression d'un refus) des décisions prises en Conseil des Ministres. Les débats qui s’y déroulent, peut-être pour masquer le vide sidéral de démocratie, y sont consternants de théâtralité.

Et tout, dans les résultats prévisibles du deuxième tour, risque encore d’accentuer le défaut de nos institutions. Car François Hollande ne pouvait rêver meilleure situation que celle que vont probablement lui donner les urnes.

Une élection pilepoil pour se glisser dans la fonction comme dans un gant.

Juste une courte majorité qui se tiendra bien plus sage qu’un déferlement style vague rose dont l’expérience montre qu’il est source d’indiscipline. Une « chambre » bien régentée est toujours mieux qu’une « chambre ingouvernable ». Peut-être manquera-t-il un ou deux sièges pour que cette majorité soit pur jus socialiste, ce qui serait l’idéal.

Mélenchon avec ses idées de gauche radicale, avec son culot, sa verve, son talent, pouvait représenter un puissant aiguillon susceptible de piquer pour faire avancer plus vite. Il est désormais écarté, exilé vers un autre parlement. Un nuage passe.

Enfin, l’imprévisible, la remuante et parfois incontrôlable Ségolène Royal, semble promise à un échec. Elle serait alors privée de son ambition de présider l’Assemblée Nationale. C’est un problème délicat et personnel pour Hollande qui s’estomperait. C’est cruel, mais c’est ainsi. Certainement, dans l’un de mes prochains textes, au regard des livres et documents qui la concernent, ferai-je le bilan de ce que cette femme, qui est pour moi une femme de courage et de talent digne de gouverner, a subi de coups bas et d’hypocrisie. Plus peut-être qu’il n’est de mise en politique, jusqu’à déformer son image et la caricaturer. 

Cerise sur le gâteau, le succès du dissident de La Rochelle, en désavouant l’appareil du parti, un peu comme dans l’affaire Fraiche, affaiblirait incontestablement Martine Aubry qui n’a pas manqué de souligner ces derniers temps qu’elle n’était pas toujours en phase avec le Président. Ce qui est peu dire.

Si Hollande ne fait pas preuve de la sagesse et du recul auxquels il nous a accoutumés, les portes parfaitement huilées du pouvoir personnel lui sont ouvertes. Pour ne rien changer à ce qui doit l’être.

Le pilepoil pourrait alors se transformer en pire…poil- à -gratter.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.