MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 mai 2012

Puisqu'il aime les gens...

 

Les slogans des campagnes électorales sont des phrases choc, sans grande signification, mais qui mille fois répétées, sont destinées à capter l’attention de l’électeur moyen qui n’a pas toujours le temps d’approfondir les programmes des candidats. « Le changement, c’est maintenant ! » ou « Une France forte » n’ont pas plus de sens que « La force tranquille » qui fit la belle illusion des années 80.

Pourtant quand François Hollande s’est écrié depuis sa tribune : « J’aime les gens ! » je n’ai pas trouvé cette formule creuse. J’aurais voulu simplement qu’elle soit mieux complétée ou mieux assortie qu’elle ne le fut. Par exemple de la manière suivante : « j’aime les gens ! quand d’autres se contentent d’aimer la société ».

Gouverner pour les gens, n’est pas la même chose que gouverner pour la société. Je vois même dans cette distinction la différence fondamentale entre la gauche et la droite. La société est un mécanisme, une organisation de vie tout à fait abstraite, alors que « les gens » représentent la vie même dans ce qu’elle a de plus concret.

Quand, à trois reprises en cinq ans, un gouvernement décide d’augmenter la taxe sur les Mutuelles de Santé, il se préoccupe de la Société, pas du sort des Gens. Le résultat est automatique. La société compte de meilleures recettes, mais les gens sont moins bien soignés. Prendre une bonne décision pour les gens,  surtout pour les plus faibles, c’est écarter tant que faire se peut ce qui pourrait leur nuire pour ne garder que ce qui peut améliorer leur vie.

Un autre exemple frappant d’une décision de droite contraire à l’intérêt de l’individu, le plus faible de tous, celui qui est malade.

En 2011, pour complaire au Pape et aux ultra-catholiques, la majorité de Sarkozy, lors de la révision des lois sur la bioéthique, a refusé aux savants français l’autorisation de travailler sur les cellules-souche en provenance d’embryons. Rappelons que les « cellules-souche » sont des cellules primaires capables de se diversifier en autant de cellules que nous avons d’organes : ainsi peut-on fabriquer à partir d’elles, pour êtres implantées dans les organes malades, des cellules du foie, de la rétine, du cœur, de la peau etc… c’est un domaine de médecine extraordinairement prometteur pour venir à bout d’un grand nombre de maladies actuellement incurables.

Refus d’autant plus inacceptable qu’il est entaché de morale et de conservatisme religieux, qu’il s’adresse à une minorité pétrie de certitude sur l’origine de la vie, au détriment de l’ensemble de la population.

Albert Camus a écrit (Le mythe de Sisyphe) : « Il existe un fait d’évidence qui semble tout à fait moral, c’est qu’un homme est toujours la proie de ses vérités ». Tout est très bien si cet homme garde ses vérités pour lui sans chercher à les imposer aux autres.

Remarquons que la droite, qui au cours de notre histoire a majoritairement gouverné la France, de vérité sociétale en vérité sociétale, a fait du pays de la Révolution qui éclaira le Monde,  un pays à la traine dans l’évolution de la société.

Il est donc grand temps que François Hollande tienne sa promesse de s’intéresser prioritairement aux gens en vue d’améliorer leur condition.

 

Les commentaires sont fermés.