MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27 avril 2012

Et maintenant...où est l'espoir?

Depuis la connaissance des résultats du premier tour, il n’y a plus guère de suspense dans cette fin de campagne électorale. Ni les insultes, ni les fausses informations, ni les mensonges, n’y changeront rien. Et ce n’est pas le débat du 2 mai au soir qui peut renverser la dynamique. Le sortant va être sorti.

Même, s’il persiste à suivre les conseils de son gourou Buisson qui lui souffle depuis toujours des conseils frelatés, il risque de sortir avec un score humiliant. On reste confondu par tant de bêtise. Sarkozy ne nous donnera pas la satisfaction de quitter l’Elysée la tête haute, dans la dignité de sa fonction, en inspirant le respect qu’on peut avoir pour un vaincu qui s’est bien battu. Pire, il ne nous laissera pas l’impression qu’il méritait la fonction que lui a confiée une large majorité de Français voici 5 ans.

Il laisse une France affaiblie économiquement mais, ce qui est plus grave encore, dans une grave crise morale, dans un pessimisme récurrent, comme on en a rarement vu au cours de notre histoire. C’est peut-être ce dernier point qui lui est le moins pardonné et qui a le plus contribué à son échec. Le comparer à Pétain est certes odieux et immérité, mais parler de période pétainiste n’est pas loin d’une certaine vérité.

En retour, le Front National, dont il a depuis longtemps épousé et même proclamé certaines thèses, lui est revenu sur la figure par effet de boomerang. C’est l’héritage marquant qu’il va nous laisser dans son champ de ruines. Le plus triste, dans cette affaire, c’est que cet homme qu’on dit énergique, dynamique, laisse planer un doute sur sa vraie personnalité dès lors qu’il a confié aveuglément son sort, ceci sans esprit critique et sans intelligence politique, à ses deux âmes damnées que sont Buisson et Guéant.

Résultat, le Front National, qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore, a désormais installé définitivement son nid de coucou dans le paysage politique. Pour lisser ses plumes, pour se donner plus de respectabilité sans changer ses thèses, il va changer de nom. Son Vieux remisé au placard, il ne s’érige plus en force de protestation qui opère par coups de gueules, dorénavant il proclame son ambition de gouverner. A court ou moyen terme, au vu de ses derniers résultats, c’est chose possible.

Les démocrates de ce pays sont avertis. Le FN ne se combattra plus à coups d’anathèmes, de dénigrements, d’oppositions romantiques. Le désigner comme parti fasciste ne suffira plus. Le temps des mots est passé. Il faudra des actes, des résultats, la prise en compte de toute une frange de la population qui, à force de se l’entendre dire, désigne l’autre, le chômeur, l’allocataire, l’immigré, le fonctionnaire, le syndicaliste, comme responsable de sa misère.

Devant un tel chantier Hollande est-il un espoir ? : Je le crois maintenant. Sorti du bois comme une poule mouillée, presque sous les moqueries, en tout cas dans la condescendance, le voilà qui a séché ses plumes, qui les a ébouriffées, qui, sans qu’on s’en rende compte, a affuté ses ergots. A côté d’un paon qui ne sait que faire la roue, c’est désormais un coq qui arpente la basse-cour avec assurance et majesté. Hier soir, après l’émission télé « Des Paroles et des Actes » les journalistes éblouis n’en revenaient pas. L’un d’eux a même avoué qu’il ne l’avait pas vu venir. Et la condescendance a changé de camp.

Car contre toute attente, Hollande s’est construit non pas avec éclat, mais dans la discrétion, avec obstination, ténacité, toujours avec modestie. Ce sont là les vertus d’un bon artisan, qui après avoir été sa faiblesse, font maintenant sa force. A travers cet homme qu'on croyait ordinaire, ces vertus passées de mode, presque oubliées, ont surpris la bulle d’internet.

Acceptons-en l’augure, tant il est vrai que l’avenir le confirmera ou l’infirmera dès lors qu’il ne s’agira plus de porter la parole, mais de passer aux actes : les actes de la responsabilité suprême.

 

Les commentaires sont fermés.