MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 décembre 2011

Des voeux contre la bêtise.

A l’aube d’une année qui s’annonce difficile, chacun pourtant aura à cœur de formuler ses vœux, c'est-à-dire ses espoirs en un monde meilleur pour ses proches, ses amis, et tous les êtres qui lui sont chers.

 Et même si nous avons l’amère impression que ce monde tant rêvé s’éloigne, nous y mettrons comme toujours beaucoup de conviction.

Pourtant j’en suis persuadé, le monde meilleur est possible. Et pour le construire avec un maximum de chance de réussir, il faudrait prendre au sérieux une belle utopie : organiser la chasse à la bêtise. Vaste programme ! Comme dirait de Gaulle.

Attention ! Je ne suis pas tombé sur la tête. Je ne parle pas de la Grande Bêtise qui domine le monde : celle des fanatiques intégristes qui vont poser des bombes pour tuer le plus d’innocents possible sur les marchés et dans les églises ou encore de ce dictateur fou qui massacre son peuple dans une terrible fuite en avant alors qu’il est lui-même perdu. Cette bêtise là, personne n’a su jusque là y trouver remède.

Je parle de la petite bêtise, celle de notre quotidien et j’irai jusqu’à dire celle de certains de nos quotidiens, de nos mensuels, de nos hebdomadaires.

A coups de dessins longilignes, de photos truquées, de comptes rendus de défilés de mode ou s’exhibent parfois des silhouettes faméliques, des galbes impeccables, des reliefs stylisés, le monde de la mode et de l’ultra-chic a défini par petites touches, par suggestions, un type de femme idéal auquel il est indispensable de ressembler.

Tout est bien pour les femmes bien dans leur tête. Petites, grandes, joufflues, fortes, blondes ou rousses, elles assument leurs défauts physiques et comptent sur d’autres atouts pour bien assurer leur chemin dans la vie. Comme dirait Jean Ferrat « elles posent pas dans les magasines… »

Oui ! Mais les autres ! Celles qui ne peuvent passer devant un miroir sans se superposer  d’instinct au dernier mannequin admiré. Celles qui ne peuvent envisager une vie équilibrée si elles n’ont pas d’elles une image parfaite : Celles-là rêvent de raboter tout ce qui dépasse du moule ou de remplir ses vides ! Et, si elles n’osaient encore réaliser leur rêve fou, certaines âmes bien intentionnées les y ont aidées.

-         Madame ! Vos lèvres sont trop minces. On va vous corriger ça par une bonne injection de botox. Ainsi vos lèvres seront pulpeuses et convoitées.

-         Le botox ?

-         Ne vous inquiétez pas, c’est un produit neutre.

Défini neutre pour l’instant, sauf pour le carnet de chèque.

Ce n’est désormais plus l’affaire de quelques élégantes en mal de snobisme, c’est devenu un phénomène de société, pire, un problème psychologique de masse grave ; et c’est ici qu’intervient la bêtise : ce grave problème a été artificiellement créé par des gens mus par l’appât du gain sans que les pouvoirs publics aient daigné mettre le nez dans leurs affaires.

Trente mille femmes ont aujourd’hui perdu leur sommeil pour des implants mamaires. Trente mille femmes victimes d’un système qui, comme le miroir aux alouettes, les faisait rêver à un monde faussement meilleur ! On en est réduits aujourd’hui à tenter de les rassurer sans être tout à fait sûr des arguments qu’on produit.

Si l’intelligence rapporte aux hommes et les fait avancer, la bêtise non seulement les fait reculer mais encore elle a un coût exorbitant. A 2000€ le tarif (avoué) pour chacun des 30.000 cas dont il faut absolument s’occuper, le calcul est vite fait. Il aurait été plus judicieux de consacrer cet argent à la recherche que d’être obligé de s’en servir pour réparer les détresses morales et physiques causées par des marchands de paradis illusoires.

La chirurgie esthétique, la vraie, qu’il faut évidemment soutenir et encourager a autre chose à faire qu’à traiter des complexes qui relèvent d’une autre discipline. Qu’elle s’occupe d’un bec de lièvre, des oreilles décollées chez l’enfant, d’un grave accidenté de la route à qui il faut redonner un visage humain, voilà qui suffit à lui donner ses lettres de noblesse.

La nature est plus souvent notre amie que notre ennemie. Tant que faire se peut, servons nous-en mais respectons-là…pour un monde meilleur, sans bêtise. Il n’est jamais bon de dépasser les limites qu’elle nous a fixées ou de tricher avec elle.

Ce sont toujours les mêmes qui souhaitent une neige abondante sur les pentes de Megève où ils iront faire du ski, sans qu’il tombe un flocon sur la route de leur travail ou sur celle de leurs vacances.

Bonne Année à tous ! Et … Pensez-y !

Les commentaires sont fermés.