MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 octobre 2011

Un chemin de bon sens.

 

J’ai  rencontré, dimanche 16 octobre, en allant voter aux primaires, un vieux militants de plus de quatre vingt cinq ans. Avec le regard madré et l’assurance tranquille de ceux qui ont les convictions chevillées au corps il m’a dit sans ambages :

 

« Dans le Parti, à l’occasion des congrès, des motions, des désignations des candidats, j’ai toujours voté pour les hommes ou les femmes qui dérangent ; sauf cette fois-ci. Je t’explique pourquoi. J’ai remarqué que les militants, lorsqu’ils deviennent des  élus du suffrage universel, changent beaucoup. Ils ont tendance à s’embourgeoiser, à se prendre la tête, à devenir malades de leurs ambitions personnelles. Aussi quand un parti a trop d’élus qui ne pensent qu’à leur réélection, ou bien  il perd son âme ou bien  il s’endort. Alors moi, je vote pour ceux qui  le réveillent. J’ai voté pour Ségolène Royal à qui on rendra justice plus tard ; j’ai voté pour Arnaud Montebourg qui me semble promis à un grand avenir, parce que ces deux-là, ils ont un peu secoué le cocotier. Mais cette dernière fois, j’ai voté pour François Hollande, le plus tranquille et le plus rangé de tous. Parce que cette fois il s’agit de gagner. Or François Hollande a, ce qui a manqué à Ségolène en 2007 et ce qui a toujours manqué à Martine, le talent d’orateur. Dans une campagne de ce genre, le programme, les idées, ça suffit pas. Il faut aussi la phrase qui mouche l’adversaire. Il faut la phrase qui fait rêver l’électeur. Hollande c’est pas ma politique, mais c’est mon numéro gagnant au loto. »

 

Brave militant dont j’ai plaisir à rapporter les propos ! Et qui ne me semble pas très loin de la stricte vérité...

 

Les commentaires sont fermés.