MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 juillet 2011

Voilà que ça recommence!

 

Il a beau jouer au chevalier blanc, caracoler au sauvetage de la Grèce, le président Sarkozy oublie de nous dire l’essentiel. A savoir que nos banques ont recommencé, comme il y a trois ou quatre ans aux Etats Unis, à prêter à des gens insolvables. Et patatras, une fois de plus le piège se referme sur elles.

Les Irlandais et les Grecs, comme tous les pays qui ont vécu (ou vivent) au-dessus de leurs moyens, trouvaient fort commode de financer  leurs déficits en empruntant à tour de bras sur les marchés internationaux, à des taux défiant toute concurrence.

Mais prêter à 1,5 ou à 2% ne pouvait intéresser nos cadors de la Finance, car à ce taux c’est gagner de la menu monnaie.

 Voilà pourtant que cette douillette habitude a fait long feu le jour ou l’une de ces méchantes agences occultes a décidé d’accorder à ces deux pays la note du mauvais élève. Fermé, le bon robinet !

De ce fait, changement d’herbage. Les Grecs pour leur compte n’ont dès lors pu emprunter qu’à 14%, voire plus suivant l’humeur des spéculateurs. Et du coup ils se sont transformés en pot de confiture.

Que voulez-vous, il n’y a pas que DSK qui a des pulsions ; c’est dans leur nature aussi : nos banques n’ont pas pu résister à la tentation et se sont une nouvelle fois ruées comme des mouches.

C’est simple comme un lapin sorti du chapeau et juteux comme une pêche melba : La Banque centrale européenne leur a naïvement prêté de l’argent à 1,5% pour financer l’économie, mais elles, aussitôt munies de leur magot, sont allées le faire voir chez les Grecs…à 14%...Vous comprendrez qu’à ce prix là, ça paie largement les frais de voyage.

Tant pis si nos entreprises ont besoin d’emprunter des fonds pour se développer, l’économie est bien moins rentable que la spéculation sur les pays endettés. C’est ça la morale de notre bon vieux capitalisme libéral si pieusement loué par nos hommes de droite. Il n’est pas besoin d’une calculette pour le comprendre.

Sauf que les Grecs, saturés de dettes, ont fini par devenir insolvables et ont jeté l’éponge. Horreur ! La faillite à un bout et c’est l’incontrôlable effet de domino assuré.  Tout s’écroule. Pitié, pas ça !

Alors qui va rembourser l’argent que dans un mouvement glouton  nos banques ont prêté aux Grecs? Qui en définitive, en sauvant la Grèce, va sauver nos banques, si je puis dire, d’une nouvelle déconfiture?

Contribuables de tous les pays, unissez-vous !...

 

Les commentaires sont fermés.