MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 juin 2011

Les donneurs de leçons.

 

 Un maître n’est pas seulement celui qui vous transmet le savoir, c’est celui qui vous apprend à penser ; qui, comme on vous apprend à marcher, sait guider vos premiers pas d’homme libre. Un maître par sa noblesse et son élévation d’esprit, sans être un modèle exclusif, vous sert parfois de référence.

 En politique comme ailleurs, les maîtres se font rares. Il ne nous reste plus présentement, à droite surtout, que des donneurs de leçons.

 Jean-François Copé, président de l’UMP, homme intelligent et respectable qu’on dit animé d’ambitions présidentielles est venu à la télé nous dire une évidence républicaine : En démocratie on a des droits, mais aussi des devoirs. Et de désigner du doigt ce que d’autres ont appelé le « cancer », à savoir ces richissimes titulaires du R.S.A. ex R.M.I. qui, pour 499 € par mois se dorent quotidiennement le nombril aux frais du contribuable. Puisqu’ils touchent des droits, qu’ils assument leur devoir en allant ramasser les papiers autour de poubelles !

 Monsieur Copé à raison. Il faut d’urgence s’attaquer à tous ces parasites payés à ne rien faire.

 On peut commencer je pense, par s’occuper de tous ces gens importants qui vont roupiller dans les conseils d’administrations moyennant un juteux jeton de présence pour arrondir leur fin de mois. Madame Chirac par exemple, récente (et heureuse) élue du conseil d’administration d’un établissement de mode et de produits de beauté rendra à la Corrèze ce que Paris lui donne en trop.

 On pourrait poursuivre par les niches douillettes de la République, dont personne ne sait ce qu’elles coûtent. Aux séances du Conseil économique et social, il paraît que les bancs sont plus déserts que ceux de l’Assemblée un vendredi. Il est vrai que personne ne lit les soporifiques rapports que pondent ces beaux esprits. Eh bien! que les absents lèvent le doigt pour participer à l’effort national en versant aux nécessiteux leur quota de salaire," chaque fois qu’ils sont absents". Ceci est d’ailleurs valable pour deux anciens Présidents de la République, qui au dire même du Président du Conseil Constitutionnel, sèchent régulièrement leurs cours.

 On trouverait sans peine cent exemples de notables, les pieds dans les pantoufles, en train de somnoler grassement aux crochets de la République.

 Au hasard je citerai Monsieur Luc Ferry  important et distingué philosophe, jadis ministre peu influent de l’Education Nationale, payé 4500 € par mois depuis septembre 2010 et ce, à ne rien faire. Repentant, il se propose de donner ses cours au mois de juillet pour s’amender. Il ne faut surtout pas le laisser faire. Car c’est pour le contribuable une double peine. Vu qu’on le paye depuis dix mois à ne rien faire, il faudrait  le payer encore pour donner des cours devant un amphithéâtre vide. A tout prendre, mieux vaut le payer pour qu’il se taise. M. Ferry ne doute de rien. Ce petit neveu de Jules Ferry, décidément a été à la mauvaise école.

 M. Copé mérite je pense, en récompense de ses glorieux efforts, non une leçon ; mais la maxime de l’oiseau perché sur un  tas de crottin : « Si on veut chanter, il ne faut pas avoir les deux pieds dans la merde ».

 

 

 

15:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ferry, copé, rmi, rsa, droits, devoirs

Commentaires

Très drôle votre article, et bien analysé. Les donneurs de leçons sont toujours prompts à tancer les autres et c'est bon quand parfois "ça leur revient" dans la figure. Toujours relativiser... et on va en avoir bien besoin dans la campagne qui s'annonce - que ce soit les primaires du PS ou 2012...

Écrit par : la calmette | 13 juin 2011

Les commentaires sont fermés.