MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 mai 2011

Un changement de destin.

La plupart des dirigeants socialistes sont ses amis et tous, sans le dire, souhaitaient ardemment qu’il déclare sa candidature à l’élection primaire. Tous les poids lourds qui pouvaient espérer la remporter avaient déclaré qu’ils n’iraient pas, si lui y allait. Tous  sauf un : François Hollande.

DSK l’avait dit-on rencontré pour le dissuader de continuer sa campagne. Il avait refusé. Quand, au détour d’une question, les journalistes le questionnaient sur sa persévérance à jouer le Poulidor de la politique, à s’éreinter sur une campagne perdue d’avance, il répondait  qu’il continuait son petit bonhomme de chemin. Et j’étais frappé chaque fois de sa certitude tranquille, et de la croyance en son destin qu’il semblait afficher.

 Cet homme a-t-il eu l’intuition de la chute fatale de celui pour qui une large majorité de français s’apprêtaient à voter ?

Cet homme a-t-il pensé qu’il pouvait être un recours ?

Ces questions bien sûr resteront sans réponse. Mais…

Aujourd’hui on découvre ce dont tout Paris bruissait, à savoir le goût immodéré du Directeur du FMI pour les femmes, ses comportements peu cavaliers avec certaines d’entre elles. Des histoires remontent en surface comme de la mauvaise boue. Et ces histoires ne sont pas seulement celles des séducteurs tels qu’on les aime dans notre pays gaulois.

Attention ! Loin de moi la démarche de vouloir m’inscrire dans un cadre moral. Je suis de ceux qui pensent que chacun a le droit de faire ce qu’il veut de ses nuits, la sexualité étant une chose trop intime pour concerner le voisin. A condition que cette sexualité, mal contenue, n’affecte ni le discernement, ni la volonté de l’individu, comme on le voit chez les sujets à pulsions. Il semble malheureusement que le penchant dont il s’agit ici ait un caractère quelque peu pathologique.

Je dirais la même chose de l’asservissement aux jeux d’argent ou de la soumission excessive à l’alcool, comme de toutes choses qui avilissent l’individu.

Si la rumeur ne fait certes pas le larron, il s’agit tout de même du futur Président de la République. De celui qui incarnera la France pendant 5 ans. N’allons pas chercher pire que celui dont nous voulons nous débarrasser !

Alors DSK est-il coupable des faits dont on l’accuse? Lui seul et celle qui l’accuse le savent. La présomption d’innocence est une leurre que même ceux à qui on a mis un bœuf sur la langue meurent d’envie de transgresser.

Mais si la grande joie de ces derniers reste silencieuse, par contre la détresse du Parti Socialiste est trop bruyante. Et puis cessons, comme toujours, de donner des leçons. Les méthodes de la justice américaine sont choquantes, révoltantes. Mais qu’y faire ? Elles sont coutumières d’un pays qui n’est pas un modèle en droits de l’homme. Qui s’en étonnerait après Guantanamo ? Il fallait le dénoncer avant qu’un des nôtres en soit victime!

Le vrai scandale, alors que la loi Guigou interdit de montrer un prévenu menotté, c’est la hâte des médias français sans exception à exhiber avec complaisance un homme humilié, meurtri, d’autant plus rabaissé qu’il fut puissant, talentueux et quasiment indispensable. La honte est là et pas ailleurs. C’est à pleurer !

Au lieu de geindre le PS ferait mieux de dire haut et fort que si faute il y a, la faute de l’un de ses membres ne regarde que lui, mais n’entache en rien celle d’un parti d’opposition ni dans  son idéal ni dans ses propositions pour la France.

Il est de la dernière urgence que les dirigeants du PS cessent de prêter le flanc. S’ils ne  se comportent pas en « hommes »  d’état, d’autres plus retors, le feront à leur place pour occuper le terrain. Ils jubilent trop de ce coup inespéré pour ne pas reprendre espoir.

 L’enjeu est trop important. Même si elle est douloureuse, il est temps de tourner la page. DSK a changé de destin ; ses priorités désormais vont à  assurer sa défense. Espérons pour lui et pour nous-mêmes aussi quelque part, qu’il  réussira à prouver son innocence.

Les commentaires sont fermés.