MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 mars 2011

Ainsi front...front...front...

Au lieu de s’arracher les cheveux devant la montée du Front National, gardons la tête près du bonnet et analysons calmement ce phénomène qui en plus d’être plus compliqué qu’il n’y paraît, est encore brouillé par le jeu pervers de ceux qui soufflent sur les braises.

D’abord distinguons les militants des électeurs du F.N.

Des gens d’extrême droite, il y en toujours eu depuis que le Monde est monde. Des partisans de l’Ordre, de la pensée carrée, du peuple qui marche au pas, des idées courtes et du muscle développé, on en trouve dans tous les milieux et à toutes les époques mais ils n’ont jamais fait une majorité. Peut-être sont-ils quelques milliers tout au plus. De quoi atteindre deux ou trois pour cent dans les scores électoraux, jamais au-delà.

 D’ailleurs les militants vraiment décidés à s’impliquer sont si rares que le FN n’a pu en trouver un à présenter dans chaque canton renouvelable. De l’avis même d’un cadre de ce parti, beaucoup de ceux qui ont été présentés n’étaient guère présentables.

Souvent des gamins d’à peine vingt ans sans expérience ni plus de cervelle : «  Il faut tout leur expliquer. Ils sont moins intelligents que les candidats de l'UMP et du PS, qui eux ont leur chance et sont plus sérieux. »

En Meurthe et Moselle un papy de 93 ans a même été sollicité. C’est dire si, vu son grand avenir politique, sa campagne a été active ; ce qui ne l’a pas empêché de dépasser les quinze pour cent.

Ailleurs on a pu contempler comme partout la belle prestance de Marine Le Pen sur les affiches, mais sans avoir l’honneur de connaître la binette du candidat local.

Ceci est un signe : le FN est un parti sans encrage territorial ni  militant de poids. C’est un vase creux pour le moment.

Pourquoi donc, tant d’électeurs ont-ils voté et vont-ils revoter pour des candidats falots, sans envergure, quelquefois pour des absents ?

C’est que un bon quart du corps électoral français est mécontent, désorienté, en souffrance, et qui ne voit poindre pour son propre compte aucune solution venant de la classe politique traditionnelle. Peut-être pas « tous pourris » mais en tout cas « tous incapables ».

La belle et enflammée campagne de Sarkozy qui avait suscité tant d’espoir, a débouché sur une crise économique et surtout morale. Les promesses du mieux être se sont envolées comme fétus de paille et le peuple d’en bas a de plus en plus l’impression d’être dirigé par une oligarchie qui se coopte, s’auto-protège, se congratule, se réserve les meilleurs postes, s’augmente les salaires, se décore, tout en vivant à l’écart  dans sa bulle.

Ministres en disgrâces, directeurs de cabinets sur le déclin sont recasés dans les ambassades ou dans les niches dorées de la République. Il suffit d’être assez puissant ou assez riche pour échapper à la justice. Bref cette Vème République à bout de souffle a reconstitué une classe de privilégiés digne de l’Ancien Régime.

Alors tout un tas d’électeurs exaspérés votent, non selon leur conviction mais suivant leur humeur. Il s’agit bien d’un vote épidermique sans adhésion. Peu importe comment ça va changer, pourvu que ça change !

Et puis il y a le jeu pervers du pouvoir en vue de la présidentielle de 2012.

Sarkozy sait depuis longtemps que contre un candidat du PS, il n’a aucune chance au second tour, comme Chirac en 2002 n’en avait aucune contre Jospin. A moins que…comme en 2002, en rassemblant son camp, il se trouve en tête  avec un FN en deuxième position. Rebelote ! Voter Sarkozy pour sauver la République ! Voilà comment un candidat rejeté par 80% des électeurs peut se faire élire dans un fauteuil.

Toutes ces palabres, toutes ces phrases que vous entendez ici où là, vous les jugez plus stupides les unes que les autres. Attention ! Elles ne le sont en réalité que sur la forme, pas sur le fond ;  car elles procèdent toutes de la même stratégie intelligente : tout faire pour que le FN soit à son meilleur niveau à la date voulue et que  ses idées sortent de la vase. Peu importe l’odeur. Plus le scandale est grand, mieux ça fait grimper le themomètre.

Le fait que Marine Le Pen ait pu dire que Nicolas Sarkozy était son meilleur agent électoral et que Guéant serait fait militant d’honneur n’est même pas une boutade. C’est la réalité dans les faits.

Attendons-nous donc pendant l’année qui vient à être bombardés de ces petites phrases révoltantes par les plantons de service pilotés par le locataire de l’Elysée. Ainsi tous les naïfs à bonne conscience prompts à s’émouvoir et à s’indigner tomberont dans le piège. Pour le plus grand profit de l’extrême droite.

Les marionnettes sont en place.

« Ainsi front…front…front, les petites marionnettes ! ».

Commentaires

Tu dis des conneries papy !
En 2002, personne n'a rien vu venir !
Pour 2012, tout le monde est prevenu.

Écrit par : percolateur | 31 mars 2011

Tu dis des conneries papy !
En 2002, personne n'a rien vu venir !
Pour 2012, tout le monde est prevenu.

Écrit par : percolateur | 31 mars 2011

Tout le monde est prévenu...sauf les cons! Et je ne te le dirai pas deux fois.

Écrit par : charly | 31 mars 2011

Les commentaires sont fermés.