MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16 janvier 2011

La technologie guidant les peuples...

« Nous pouvons leur proposer notre service d’ordre, qui a de l’expérience… »

Il ne faut jamais tenter le diable. J’ai critiqué Madame Alliot-Marie pour son silence à l’égard des évènements de Tunisie. Je la préférais encore muette par discrétion ou par tactique que bavarde par bêtise.

Et dire que l’on reproche aux Français d’être pessimistes. Comment voulez-vous qu’ils ne le soient pas quand des gens qui nous gouvernent affichent une mentalité si consternante.

Le peuple tunisien a relevé la tête contre son tyran d’abord, mais aussi contre l’opinion internationale que Ben Ali arrangeait et même rassurait. La peur de l’islamisme est telle qu’on s’accommodait d’une dictature, de sa police, de ses arrestations arbitraires, de ses tortures, de ses terreurs. En somme il était normal que tout un peuple souffre pour assurer notre tranquillité.

Même Dominique Strauss-Kahn, accordait récemment, sur les ondes de France Inter, un brevet de satisfécit à la Tunisie ( et par conséquent à son régime) pour ses performances économiques.

La révolution de jasmin n’est pas seulement le triomphe de la Liberté, elle est aussi le triomphe des nouvelles technologies au service de la Liberté.

Moi, le vieux barbon, qui pestais contre les téléphones portables, leur reprochant de  photographier ou de filmer avant de  téléphoner, je dois de toute urgence réviser mes a priori. La jeunesse tunisienne a utilisé les technologies modernes pour faire connaître au monde entier la solennité de son combat, sa détermination et ses sacrifices.

Le téléphone, internet ; internet, le téléphone. Chaque goutte de sang répandu retentissait dans le monde entier.

Dès lors Ben Ali, quoique plus de quatre vingt dix morts soient des morts de trop, ne pouvait se permettre de dépasser la  mesure, d’écraser plus avant le peuple qui le rejetait.

 Quel que soit le pays où il exerce ses nuisances, tout dictateur doit savoir qu’il ne peut plus se cacher derrière ses frontières, le monde est un vaste miroir.

Samedi dernier, le flambeau de la Liberté, s’était invité au voyage en Tunisie. Heureusement que le relai était pris car l’imbécilité de notre ministre des affaires étrangères avait éteint le nôtre.

Les commentaires sont fermés.