MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 novembre 2010

Enfin, le capuchon!

On va croire que je suis un obsédé de la chose, mais ce n’est pas moi qui fais l’actualité polissonne. Les plus hautes instances s’en occupent.

 La bonne sœur toute naïve croyait qu’on le mettait à l’index. Elle apprendra enfin, que, de par la volonté du Saint Père, ce ne sera ni à l’index, ni au majeur, ni à l’annulaire, mais, (je ne vous fais pas un dessin) au « doigt d’honneur ».

Voilà donc le port du capuchon enfin  installé dans le dogme. Oh ! on n’en a pas fait une bulle, encore moins un gros ballon comme celui qu’on ballade dans les foires. Il n’est pas question de mettre le feu au Vatican. Non, la grande phrase historique, il a fallu aller la chercher au détour d’une page, dans le fouillis d’un ouvrage écrit à quatre mains par le Pape et un journaliste de ses amis. Quatre mains ! Pas de mauvaises pensées. Ce n’est pas pour autant qu’il y aurait eu quatre mains pour d’éventuels travaux pratiques.

Que dit donc cette phrase ?

« Il peut y avoir des cas particuliers, par exemple lorsqu’un prostitué utilise un préservatif… » ( notez bien un prostitué.)

On peut trouver cette phrase, comme dirait Verlaine, « légère et plus soluble dans l’air…  », on peut la taxer d’alambiquée, de jésuite, elle n’en reste pas moins lourde de sens. Même si on peut la définir comme une porte entrebâillée, une porte entrebâillée est déjà semi-ouverte. Les temps évoluent. L’Eglise se doit d’évoluer ou de disparaître. Il a fallu un Pape qu’on disait pur et dur, un ultra conservateur au lourd passé allemand, pour avoir l’intelligence et surtout le courage de l’admettre.

On pense bien entendu d’abord à toutes ces populations sous influence catholique à qui l’on défendait moralement de se protéger contre le SIDA. Tous ces morts de l’ignorance au nom de l’évangile. La position de l’Eglise n’était plus tenable, il était temps qu’elle voie la vérité en face.

Certes rien n’est préconisé dans la pratique quotidienne. Il faudra je pense un concile pour définir ce qu’est un cas particulier en amour :

« Chérie attends un peu, que je vérifie si nous sommes bien dans le cas particulier ! »

Saluons pourtant le courage et même la témérité de Benoît XVI. Dans les jours qui viennent, il lui en faudra même davantage car, paraît-il, parmi les plus ultra cardinaux du sacré collège, têtes de bois et cœur de pierre, certains au nom du bon Dieu, s’apprêtent, benoîtement, avec tout l’onctuosité qui convient, à lui « foutre le bordel ».

Avec ou sans préservatif ?

15:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pape, préservatif, sida

Les commentaires sont fermés.