MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03 novembre 2010

Un coq impuissant.

 A côté  de Silvio Berlusconi, notre Nicolas national peut passer pour un naïf enfant de cœur. Il est vrai que si ce dernier va souvent à Rome faire son marché de chapelets, le premier y réside en permanence ce qui suffit sûrement à le dégouter de toute sainteté.

Que ce soit avec ses secrets d’alcôves ou ses secrets de polichinelle, le Président du Conseil italien,  par ses  parties fines aux dames de petite vertu, ne se doute pas du tort qu’il cause à notre réputation internationale de Gaulois.

Alors que tout va mal chez nous, que notre déficit se creuse, que le chômage s’accroît, que les pompes à essence sont en convalescence, que notre moral est en baisse, au moins nous restait-t-il la réputation de notre gaillardise, de notre verdeur légendaire. C’est fini, notre coq déplumé assiste, « impuissant », à la concurrence flamboyante d’un septuagénaire survolté qui déclare sans complexe aimer les femmes de petite vertu autant que de « petit » âge. Des fausses nièces, finalement, il en a plus que nous.

 Ne me croyez pas si vous voulez, mais je considère cela comme une « délocalisation » rampante, une exploitation éhontée, un dévoiement de notre savoir-faire, de notre spécialité, que dis-je, de notre prestige ! Il y a pillage de notre patrimoine national.

Si je puis m’exprimer ainsi, face « à un virtuose de la chose », nous ne sommes plus à la hauteur. C’est le coup de pied de l’âne !

Il faut, sous peine de déchéance, réagir sans tarder. Silvio est un hérétique de l’amour courtois. Engageons contre lui une croisade.

A Nicolas de faire valoir son titre de chanoine ! Qu’il saisisse donc le Pape !  Seule cette autorité spirituelle peut, en Italie, intervenir avec assez de poids électoral pour moraliser et calmer les ardeurs du bouillant Président du Conseil.

Mais là encore, nous risquons d’être déçus. Jugez de la réaction des évêques de Rome : Ils invitent Berlusconi « à la sobriété personnelle ».

Qu’en termes prudents et diplomatiques ces choses là sont dites. On se demande bien pourquoi.

 

Les commentaires sont fermés.