MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 septembre 2010

Le Roi se meurt.

Bruxelles est une belle ville. Si elle ne vaut pas Paris, au moins le climat y est sain et Rachida Dati qui y fut envoyée pour avoir déplu au prince, ne peut guère se plaindre de la lettre de cachet virtuelle qui l’a condamnée à y subir l’exil. Mais Cayenne, c’est autre chose. Voici plus de cinquante ans la République n’a pas osé y maintenir le bagne. Certes, ce dernier ne sera jamais rouvert, mais il n’empêche que Cayenne demeure, avec ses moustiques-tigre redoutables vecteur de la dengue ou du chikungunya, le lieu idéal pour se débarrasser des indésirables.  David Sénat, conseiller pénal auprès de la Ministre de la justice en fait l’amère expérience. Soupçonné, sans preuve réelle, d’avoir livré ses sources au Monde, le voilà promu à Cayenne à l’insu du plein gré de sa demande expresse. L’inverse, si j’ose un jeu de mot facile, du train de sénateur.

La cinquième République est en train de subir la plus grande crise démocratique depuis de Gaulle et, si les authentiques démocrates, de droite comme de gauche, ne se serrent pas les coudes, ne réagissent pas énergiquement, cela risque d’aller très loin.

Le pouvoir devient fou.

Je n’irai pas jusqu’à accuser Nicolas Sarkozy de fomenter un coup d’état. Ce serait exagéré et finalement injuste. Mais il y a chez cet homme une obsession maladive de l’échéance électorale de  2012. Et son obsession est d’autant plus exacerbée qu’il se trouve en difficulté dans les sondages et que peu d’observateurs lui donnent des chances  de l’emporter si Strauss-Kahn entre dans la compétition. D’autant que le PS  a tiré (enfin !) la leçon de ses divisions et paraît décidé à resserrer les rangs pour assurer sa victoire.

Aussi, à ce poste convoité pour la deuxième fois, Sarkozy veut tout sacrifier. Sans discernement il fonce. Faut-il qu’il soit seul et abandonné de ses vrais amis pour avancer comme un autiste, pour franchir aussi allègrement la ligne blanche qui marque la limite entre pouvoir démocratique et l’abus de pouvoir !

Après l’aventure du fils jean qui se voyait président de l’EPAD, après les rumeurs sur le couple élyséen dont Rachida Dati fit les frais, après la saga des Roms, voici l’affaire d’Etat qui concerne David Sénat et ses relations supposées avec le Monde.

Le plus inouï dans cette histoire c’est que Sarkozy, après avoir fait voter une loi qui protège les sources du journaliste, n’aurait pas hésité à violer la loi même qu’il a promulguée en utilisant semble-t-il contre le Monde son service de contre-espionnage.

Ce serait très grave, si ce n’était pitoyable.

Allons-nous encore, pendant près de deux ans, subir crescendo cette absence de sens, de raison, de scrupule ?

De mémoire de démocrate, on n’a jamais vu ça. Il est temps que tout cela s’arrête, le Roi se meurt.

Les commentaires sont fermés.