MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 août 2010

Ils sont de plus en plus légion...

La Légion d’Honneur est une distinction républicaine qu’on ne demande pas. Elle est attribuée, selon un contingent, aux uns comme un sucre d’orge dont on récompense les enfants, aux autres, plus sérieusement, à cause de leurs mérites réels ou d’un service rendu à la collectivité, voire à l’humanité.

 Le vice, dans cette remise solennelle de médaille, c’est qu’on ne peut distinguer ceux qui la méritent au plus haut point, de ceux qui la reçoivent telle une breloque, par pure influence, quand ce n’est pas par trafic d’influence.

On comprend donc que certaines personnes, par esprit d’indépendance, ne lui accordent aucun crédit, aucune valeur, et ne se sentent pas concernés lorsqu’on la leur propose.

Nul ne sera étonné que Georges Brassens, Léo Ferré, jean Ferrat, l’aient refusée, sans tambour ni trompette, en anarchistes bougons qu’ils étaient.

Par idéologie, par pureté intellectuelle, Albert Camus (qui faillit refuser le Prix Nobel de littérature), Jean Paul Sartre (qui lui, l’a refusé), Pierre et Marie Curie, le poète Aragon, ont eu la même démarche.

D’autres, comme récemment deux journalistes, ne l’ont pas acceptée par honnêteté, pour ne rien devoir au pouvoir et continuer à garder leur indépendance vis-à-vis de lui.

Depuis quelques temps pourtant, il y a une nouvelle catégorie de refus significatifs, comme si les récipiendaires, au lieu de se sentir honorés, se sentaient rabaissés d’être distingués par un pouvoir qu’ils méprisent. Spectaculaires, ces refus prennent l’allure de solennelles protestations morales.

C’est très révélateur du climat délétère qui règne au gouvernement et de l’estime que celui-ci inspire à certaines hautes consciences.

Sans parler du Père Arthur qui vient de renvoyer sa croix (pas de jeux de mot) de l’Ordre National du Mérite, il y a le cas du docteur anesthésiste A. Marie Gouvet,  médecin humanitaire engagée, qui refuse d’entrer dans la Légion ou plus cruel encore, celui du philosophe Jacques Bouveresse, professeur au Collège de France, qui assortit son refus d’une lettre adressée à son ministre de tutelle : « Il ne peut être question en aucun cas pour moi, d’accepter la distinction qui m’est proposée… encore moins d’un gouvernement comme celui auquel vous appartenez… »

J’en conviens, refuser une décoration n’exige pas un grand courage, mais ce sursaut de dignité pourrait servir de leçon tout de même à certains ministres qui, en pleine polémique au sujet des Roms, sortent du Conseil hebdomadaire, le front buté, comme des bœufs qui vont à l’abreuvoir sous l’aiguillon du maître.

Comme aurait dit Montaigne : « Politique sans conscience n’est que ruine de l’âme. »

  

Commentaires

Moi, je me suis toujours méfié de ces gens qu'on marque au rouge... même si c'est à la boutonnière !

Écrit par : La Calmette | 26 août 2010

Les commentaires sont fermés.