MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 juin 2010

L'île de la tentation.

On a coutume de dire avec juste raison qu’on ne peut pas mettre un policier derrière chaque malfaiteur. Les malfaiteurs sont trop nombreux. Il faut donc se contenter de les poursuivre.

Heureusement pour notre information, pour le bon droit et la morale, «  le  Canard enchaîné » peut se mettre derrière chaque ministre et attendre un faux pas.

Car le pouvoir finit par monter à la tête de quelques-uns. Parvenus à un haut niveau dans l’échelon politique, des élus moins scrupuleux que d’autres ont tendance à considérer qu’ils sont au-dessus des lois et que leur fonction les autorise à agir pour leur propre compte et dans leur propre intérêt.

Si  on ne se fait guère d’illusion sur la sincérité de certaines personnalités, on est tout étonné de constater que celles qui donnent une image d’intégrité se font prendre aussi la main dans le sac.

Ainsi la vertueuse Christine Boutin, qui jadis brandissait la Bible en pleine assemblée pour attester de la justesse de son combat, passe à la trappe comme les autres. Ite missa est !

Rien d’illégal bien sûr, de toucher 9500 euros mensuels pour un travail de la plus haute importance, de disposer d’un chauffeur et d’un secrétariat. Il est vrai que le gouvernement n’a pas trouvé de personne plus qualifiée que Christine pour écrire un rapport au sujet d’une question si urgente : « quelles sont les conséquences sociales de la mondialisation ? »

A ce prix là, on espère qu’elle ne fait pas de fautes d’orthographe.

L’ennui dans cette affaire, c’est que de mauvais esprits pensent que le travail proposé était de pure forme, qu’il ressemblait juste au versement d’une retraite dorée à une ministre vexée d’avoir été virée sans ménagement et que l’on veut adoucir.

Car Sarkozy, mine de rien, commence à compter ses voix pour 2012. Celles des amis de Christine Boutin lui seront précieuses pour compenser, si c’est possible, celles que la  candidature de Dominique de Villepin va lui faire perdre.

Alors autant être généreux, sous cape, quitte même à verser le salaire à compter du I° avril pour une embauche rendue effective par une lettre du vingt cinq.

« Je suis une bosseuse ! » a clamé Christine. Tant mieux ! Madame, ça vous fera maigrir, car je connais beaucoup de gens, en salle de musculation, qui « bossent » comme des malades sur un training, tout en faisant du surplace. Il est vrai que ça leur rapporte moins qu’à vous.

Le plus choquant, dans cette histoire de gros sous, après les appartements multiples d’un ministre, le voyage aller et retour  de 138 .000 € en avion, le double salaire proposé à Henri Proglio  à la fois PDG de VEOLIA et de EDF, c’est le rapport de l’Etat à l’argent.

Alors que sous prétexte de crise on va demander des sacrifices financiers aux salariés, aux retraités, aux ménages modestes, alors qu’il faudrait trouver un consensus avec les citoyens de ce pays, comment se prévaloir de l’exemplarité d’un Président de la République qui ne peut ou ne veut s’attaquer à des habitudes malsaines, quand il ne fait pas mine de s’offusquer des salaires mirobolants de PDG des banques et des chevaliers de l’industrie ?

Si Christine va à confesse, son confesseur pourra toujours lui dire : « le pouvoir est l’île de la tentation. »

18:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tentation, pouvoir, sarkozy, boutin

Les commentaires sont fermés.