MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15 mars 2010

Les hirondelles de l'hiver.

Une voix grave, sans ampleur, mais chaude et profonde, qui pouvait prendre des intonations dramatiques.

Il a chanté la montagne, la douceur de vivre du monde rural, l’amitié, l’amour. Il a chanté aussi l’engagement pour un monde meilleur contre les puissants. Il a chanté la générosité et la compassion, le souffle épique du Potemkine. Il a chanté le wagon plombé qui s’éloigne vers un noir destin, la conscience de l’homme qui se perd dans le froid, la nuit et le brouillard.

Jean Ferrat était un homme bien. Un rebelle qui rassurait et qui veillait.

Nous avons perdu le rossignol qui contrebalançait le croassement des corbeaux.

Fi de l’hommage officiel des héritiers de ceux qui interdisaient ses chansons.

Seuls, dans leur cœur, ses amis et tous ceux qu’il a rendus heureux le temps d’une chanson le regrettent et le pleurent.

Comment peut-on s’imaginer, en voyant  un vol d’hirondelles, que son hiver soit arrivé !

17:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean, ferrat, chanson, voix

Les commentaires sont fermés.