MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 février 2010

Botul est partout.

« Le botulisme est une intoxication alimentaire provoquée par la consommation de conserves mal stérilisées ».

Le dictionnaire ne vous en dira pas plus. Mais le dictionnaire est en retard, car depuis peu,  le botulisme est une nouvelle maladie qui affecte les intellectuels de la planète. Une sorte de grippe A  de l’imagination. Tout ça à cause d’un philosophe qui n’a jamais existé, mais qui se fait appeler Botul.

Mais alors, qui est Botul ?

Voici quelques années, une joyeuse équipe du Canard Enchaîné, entraînée par le journaliste Frédéric Pagès,  choisit le pseudonyme de Jean-Baptiste Botul pour publier des textes loufoques à caractère faussement philosophique. Les titres de cette littérature comique sont édifiants : « Landru, précurseur du féminisme » ou encore une étude des plus juteuses sur la « Métaphysique du mou ». On était en droit d’attendre pareille étude sur la  « Métaphysique du dur », quand patatras, voilà un moucheron qui se fait prendre dans la toile d’araignée.

Bernard Henri Lévy, dit BHL, un philosophe qui se veut d’importance et qui court à la Télé chaque fois qu’il a une idée, tombe dans le panneau. Pour lui, Jean-Baptiste Botul est une référence, un maître à penser et, sans plus de recherche, il cite quelques phrases  d’un ouvrage toujours de la même trempe botuliste : « La vie sexuelle d’Emmanuel Kant »

Rires de tous les intellectuels de la planète. Le Canard quant à lui frétille de la queue avec délectation.

Pour mieux comprendre, ceux qui veulent s’endormir de bonne heure n’ont qu’à se plonger dans la biographie de Kant. Ils ronfleront dès la deuxième page.

C’est dire si la vie d’un penseur aussi indigeste que Kant, était émaillée de joyeusetés sexuelles.

BHL, tourné en ridicule, n’a pourtant pas bu la coupe jusqu’à la lie, car l’histoire se prolonge. Voici d’autres faits.

Dans l’Aude, entre Razès et piémont pyrénéen, en l’an de grâce 2002, le maire de Pomy,  charmant petit village  de  50 âmes à peine, a un problème. Il veut baptiser l’unique rue de son village d’un nom célèbre, mais qui sorte de l’ordinaire.

Euréka ! Justement, au village voisin, une maison d’édition d’avant-garde, l’Atelier du Gué, avait consacré un article à Botul, dans sa revue «  Les cahiers de l’Enclume » car Botul , en se promenant, aurait eu une forte pensée : «  Tiens, une enclume ! ».

Ce sera donc Jean-Baptiste Botul.

Monsieur le Maire tout heureux de sa trouvaille commande donc la plaque avant d’inviter  le gratin local.

Par une belle journée ensoleillée de l’an 2002, c’est à Monsieur le Sous-préfet que revient l’honneur de dévoiler le nom de la rue. Le voile tricolore glisse lentement : Traverse Jean-Baptiste Botul, philosophe (1896-1947).

On applaudit à tout rompre. Vin blanc et petits fours. Puis le gentil village retombe dans sa gracieuse torpeur. Dommage, à notre connaissance, il n’y a pas trace des discours.

Voilà bien la facétie de nos philosophes ! Il a suffi de la bourde de BHL pour gâcher le souvenir d’une si belle fête. Quel gâchis ! Botul n’existe pas !

Heureusement  M. le maire de Pomy a de l’humour.  Il lui en faut plus pour se démonter ; alors il prend sa plus belle plume afin d’offrir, sans rancune, à BHL, l’opportunité de donner son nom à une voirie du village. On trouvera bien une allée, un bout de sentier à baptiser. Pourvu que ce ne soit pas une impasse.

Il faut avouer que cela ne manquerait pas de saveur à Pomy : Botul, un philosophe qui n’existe pas, face à Lévy, un philosophe qui veut exister à tout prix !

 

22:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : botul, philosophe, bhl, lévy, village, rue

Les commentaires sont fermés.