MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 décembre 2009

Cherche copains à Copenhague...

Il est de plus en plus probable que l'enthousiasme délirant qu'a fait naître le sommet de Copenhague, se termine dans la désillusion d'un Munich de l'environnement. Les Chinois ne veulent pas d'experts en CO2 qui viendraient sur leur territoire tout renifler et tout contrôler. Obama, de son côté, arrive les mains vides, avec dans son dos une opinion hostile à tout sacrifice et des parlementaires frileux, malgré  le réchauffement.

Au milieux de ce jeu de dupes, un petit bonhomme, notre Nicolas national, s'agite, apparemment très malheureux. Lui qui a l'énergie du triomphe sans avoir de moyens se trouve coincé par ceux qui ont les moyens sans avoir l'énergie du triomphe. Cette situation l'attriste non pour l'avenir de la planète, resté jusque là le cadet de ses soucis, mais pour son avenir électoral à lui, à l'horizon 2012.

J'ai eu maintes fois l'occasion de l'écrire, notre Président ne gouverne pas, il est en campagne. A ce titre, il développe la stratégie d'un candidat.

Or depuis quelque temps les nuages s'amoncellent, le ciel s'assombrit, laissant présager une météo venteuse et pluvieuse sur de échéances de plus en plus incertaines.

Nicolas sait qu'au soir du premier tour des présidentielles, il n'aura plus de réservoir de voix. Il lui faut donc chercher "les copains d'abord". Hier, il a largement puisé dans l'électorat du Front National, mais la lamentable expérience du débat sur l'identité nationale tourne au fiasco. Du coup les électeurs de Jean Marie Le Pen sont en train de faire leur valise  pour retourner chez eux sur l'air bien connu de "La France aux Français". Et Nicolas va se retrouver tout nu sur le tapis. Quand on allume une mèche, il ne faut pas s'étonner qu'au bout, ça ne fasse pas seulement: "pschitt!"

Alors on louche du côté des écologistes. Et c'est là, pour notre super-Président, tout l'enjeu de Copenhague: redorer son blason chez les verts.

Nous allons donc avoir droit à des discours de m'as-tu-vu-dans-mon- joli-plumage, des "Je sauve le Planète, eux non plus!"

Sauf que cette fois-ci, ce n'est pas le corbeau qui tient le fromage (électoral), mais les écologistes, tout en bas. Il faudra donc déployer des trésors de flatteries pour tenter de le leur piquer, ce fromage.

Tout était  possible si Copenhague avait réussi. On pouvait faire confiance à l'habileté de Sarkozy pour tirer les marrons du feu et retourner à sa gloire les victoires décidées par d'autres. Mais devant un échec annoncé, il sera aussi compromis et n'apparaîtra plus que comme la mouche du coche qui a tout tenté pour émoustiller Obama. Ce n'est pas suffisant pour attirer massivement  les voix écologistes. Donc la déculottée que peut infliger la gauche n'est plus hors de portée.

Est-on vraiment sûr que la délicieuse Carla ait babillé l'autre jour au micro d'un journaliste, parlant de " un mandat ça va...deux mandats..." où est-ce une façon d'ameuter le camp de la majorité?

"Je sors...allons, l'UMP, retenez-moi!"

Après tout, devant les causes perdues, si Sarkozy est téméraire, il ne se montre pas toujours courageux. Quand ça siffle trop, par exemple, il envoie son premier ministre.

 

Les commentaires sont fermés.