MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19 novembre 2009

La main du zouave.

Au terme d'un match qui sentait la sueur, le désarroi, la panique, et finalement la défaite, une main baladeuse conduit tranquillement le ballon vers le but de la victoire.

Tout le monde l'a vu, sauf les arbitres qu'on paye généralement pour tout voir, et les officiels qui ont préféré ne pas voir pour ne pas avoir à en payer les conséquences.  

Le Président de la République est monté tout fier sur ses ergots, comme si de rien n'était, faisant comme d'habitude des éloges ampoulés ( lui qui n'avait pas osé aller saluer les joueurs avant le match, sur le terrain, à cause des sifflets, vu que même les gens sérieux sifflent beaucoup ces temps-ci), tandis que l'entraîneur national Domenec, ébloui, incrédule, sonné de joie, songeait sûrement à accrocher un ex-voto au pied de la Madone, pour la remercier...de son coup de main.

Bref, on est, on est, on est qualifiés...mais on n'est pas, on n' est pas, on n'est pas en finale.

Il faut d'abord, pour les plus scrupuleux, digérer le malaise causé par cette victoire peu glorieuse et, toutes affaires cessantes, courir consoler Eric Besson.

Pourquoi lui, me direz-vous? Vous ne devinez pas?

Nous faire un coup pareil en plein débat sur l'identité nationale, alors que les supplétifs et autres plumitifs s'apprêtaient, en tout chemin, en tout lieu, à chanter les louanges de l'esprit cocardier! C'est proprement un coup bas, et de la pire espèce, qui est porté à notre prestige.

Ce mercredi noir, notre pauvre coq se retrouve soudain tout déplumé, la crête en sang, comme après un combat (de coqs) qu'il aurait perdu. Si vous ne me croyez pas, allez demander ce qu' en pensent les Irlandais. Après un choc pareil, Besson doit avoir le moral dans les chaussettes.

Un grand naïf, au cours du débat après match, a bien essayé de sauver la situation, pour  l'honneur:

"Henry avait la possibilité d'aller trouver l'arbitre pour lui signaler que le but avait été marqué grâce à sa main ."

Rire général de tous les spécialistes qui l'entouraient:

"Mais d'où sort-il, celui-là, d'une autre planète, ou bien se croît-il encore dans une olympiade grecque où l'athlète nu, dans sa pureté, courait pour la gloire?"

Il y a belle lurette que le sport professionnel, et même, dans une certaine mesure, le sport amateur, ne confondent plus poignée de cacahouètes et grosses poignées d'argent. Derrière la Coupe du monde de football en particulier, se profilent les intérêts industriels, commerciaux, de centaines de promoteurs aux dents longues et aux doigts crochus. Si  l'on ajoute à cela la manne dorée des contrats publicitaires, on se rend compte de l'énormité des masses financières en jeu.

Alors à supposer que Thierry Henry (qui honnêtement a reconnu le fait le lendemain)  ait eu le geste altruiste de se signaler à l'arbitre, à coup sûr, il ne serait pas sorti vivant du stade. Vilipendé, hué, insulté, maudit, chassé, ses capacités de survie étaient quasi nulles...et ses juteux contrats dans le lac. Que pèse l'honneur dans l'autre plateau de la balance? Assurément pas bien lourd.

On ne peut d'ailleurs pas dire que son geste réflexe soit une tricherie. Il y a pire. Je pense surtout à celui qui se drogue pour se survolter... et voler ainsi la victoire, surtout l'argent de la victoire, à un concurrent plus scrupuleux.

On dira, pour se consoler, que c'est seulement la main du zouave et non celle, plus sournoise et malintentionnée, "de sa sœur" la triche surprise dans la culotte.

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.