MXX37
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 juillet 2009

Plus de travail!...Alors, ils travaillent de la bonbonne.

 Il y a belle lurette que le monde ouvrier ne se fait plus d’illusion quant à l’efficacité de ceux qui sont censés le protéger ou lui garantir des emplois.

L’Etat qui a créé le bouclier fiscal pour les plus riches n’a même pas un parapluie pour les abriter de l’orage.

 Sarkozy a bien un jour essayé de soutenir un bras de fer contre Arcelor Mittal sur le site de Florange, en vain, il est sorti de ce combat vaincu, humilié, en déroute. Résultat : mille chômeurs sur le carreau.

Les patrons encouragés par cette défaite en rase campagne ne se gênent plus. Sous prétexte de crise, ils accélèrent, dans le silence général, les fermetures-délocalisations d’usines. Ils sont tranquilles, car échaudé une première fois, Sarkozy n’interviendra plus.

De leur côté les syndicats ne peuvent que hurler contre les loups. Défilés et banderoles, n’intimident plus des patrons sur le départ. Et comment organiser une grève quand précisément, plus personne n’a de travail?

Les ouvriers savent donc que ce n’est plus leur outil de travail qu’ils doivent défendre, comme lors des mouvements de grève de 1936, mais leur retraite forcée, leurs conditions de reclassement pour les plus jeunes.

 A quoi bon respecter l’usine puisqu’elle ferme pour ouvrir ailleurs ; à quoi bon sauvegarder les machines puisqu’elles sont destinées à d’autres travailleurs moins bien payés. Alors ils retournent comme une vieille chaussette la fameuse formule de Sarkozy : « Travailler plus pour gagner plus ». Leur slogan à eux est désormais : « Gagner plus pour être sans travail »

Et leur désespoir, loin de les mener au désarroi, les rend intelligents. Ils cognent où ça fait mal. Comme ils n’ont plus rien à perdre, ils détruisent, ils menacent de tout raser à la bonbonne à gaz, ils font du chantage, marchandent, demandent réparation de ce qu’on leur vole.

Il y aura bien ici ou là quelques tribunaux pour punir. On ne doit pas s’en prendre au bien d’autrui. La violence ne mène à rien, elle n’est ni civique, ni républicaine.

Mais il n’y a que dans la Bible qu’après avoir reçu une gifle on tende l’autre joue.

A bien y regarder, la destruction d’emploi n’est elle pas une destruction de biens, n’est-elle pas une forme de violence ?

Je pense qu’au lieu de polémiquer sur le travail du dimanche, le législateur serait mieux inspiré de chercher les moyens d’assurer à tous, celui de la semaine ouvrée.

Les commentaires sont fermés.